NOUVELLES 2004-2005

UK-disk
 
symi
Notice that any theorem-proving process that works forward — that is, that finds only true theorems — can be described as an information-accumulating rather than a solution-searching process.

Models of Discovery
Herbert SIMON

Autres années

Nouvelles en 2007-2008
Nouvelles en 2006-2007
Nouvelles en 2005-2006
Nouvelles en 2004-2005
Fin du SRAS 2003-2004
L'épisode du SRAS
Hong Kong 2000-2002

 

First conjectures on SARS

Faits significatifs 2004-2005

  • Veuillez noter que la page de référence de celle-ci est écrite en anglais. Comme la Toile est très instable, les liens perdus sont le plus possible mis à jour, ou supprimés.

  • 28 août 2005. Les infections dues à un hantavirus (famille des Bunyaviridae, type puumala) sont dix fois plus nombreuses cette année en France, Belgique, Allemagne et Luxembourg (plus de 500 cas en tout). C'est à mettre en parallèle avec l'augmentation de la population des campagnol roussâtres, habitants de nos forêts de feuillus. La population de ces animaux varie considérablement en fonction de la nourriture disponible, et il sont les hôtes de choix des hantavirus. Ces virus causent une fièvre hémorragique avec syndrome rénal. Les types européens sont moins virulents que ceux qu'on trouve en Asie ou en Amérique. Le Centre de Référence des fièvres hémorragiques de l'Institut Pasteur de Lyon surveille leur apparition.
  • 26 août 2005. Depuis quelques temps la volaille élévée dans les basses cours meurt en Bulgarie. La cause de la maladie n'est pas la grippe mais  la maladie de Newcastle, maladie endémique transmise par un autre virus (un paramyxovirus) qui a probablement été transmise par des pigeons sauvages. Il est probable qu'en raison de la crainte de la grippe aviaire la mort soudaine de volaille dans les élevage crée une réaction disproportionnée du public. Au Vietnam, la grippe vient de tuer trois civettes dans un parc national, et c'est la première manifestation de la maladie chez cet animal. La maladie a déjà infecté et tué des prédateurs dans le passé. Les civettes, qui sont consommées comme un mets de choix en Asie du Sud-est, ont été soupçonnées d'avoir transmis le SRAS. Le véritable problème de la grippe du poulet n'est pas tant qu'on ne sache réaliser un vaccin, mais tout simplement un problème d'intendance: nous n'avons pas les usines pour en fabriquer le nombre de doses suffisantes. On a pu le constater l'hiver dernier au moment où il a fallu retirer du marché un lot défectueux du vaccin: il n'a pas été possible de vacciner toutes les personnes qui en auraient eu besoin. On peut donc attendre, si la maladie se déclare, une situation de crise ou il faudra choisir entre le victimes potentielles de la grippe "habituelle" (les personnes âgées principalement) et la population générale pour savoir quel vaccin fabriquer dans les usines existantes. La maladie du sommeil (trypanosomiase) gagne du terrain dans le territoire d'Isangi, situé dans le district de la Tshopo, au Congo-Kinshasa. Cette maladie grave, longtemps invisible chez les patients, peut être traitée, mais le traitement conduit souvent à des effets secondaires très dangereux.
  • 23 août 2005. Les maladies infectieuses animales sont au cœur de la (ré)émergence de maladies nouvelles. Malheureusement bien des animaux sont affectés par des maladies infectieuses, comme la fièvre aphteuse (il y a en ce moment une épidémie en Mongolia), ou chez les oiseaux, le virus de Newcastle (actif à l'heure actuelle en Grande Bretagne). La grippe aviaire (appelé à tort grippe du poulet, car ce sont plutôt les canards et les oies qui la transmettent) est entrée en Mongolie et s'étend à l'ouest en Russie, menaçant l'Europe, où des réactions cacophoniques se font entendre (l'industrie de la volaille a un poids énorme dans le domaine agro-alimentaire). On semble soudain comprendre le rôle des oiseaux migrateurs, de même que l'origine asiatique du virus. Pour ceux qui s'intéressent au chemin qui a mené à l'épisode actuel, voir ce que nous avions écrit à propos de Milvus migrans (bizarrement, alors qu'ils se nourissent de cadavres les oiseaux éboueurs ne sont pas habituellement considérés comme sentinelles), et ensuite sur les grues et cicognes, sur l'extension du virus au Japon, et sur le développement habituel du virus en China, où les porcs sont les hôtes intermédiaires.
  • 17 août 2005. L'épidémie d'infection par Streptococcus suis dans la province du Sichuan en Chine a déclenché l'identification de maladies semblables dans tout le pays, conduisant au diagnostic de la maladie en de nombreux endroits. Hong Kong a trouvé aujourd'hui son neuvième cas en quelques semaines.
  • 16 août 2005. Le virus grippal H5N1 s'étend en Russie vers l'Ouest (il a aussi atteint le Kazakhstan et la Mongolie au cours des dernières semaines). Le virus, probablement transporté par des oiseaux migrateurs, a été trouvré à la mi-juillet à Novosibirsk et il n'a cessé de s'étendre depuis via Tyumen, Omsk, Kurgan, Altai et maintenant Chelyabinsk dans les montagenes de l'Oural, à la frontière Européenne du continent, 1,000 km à l'ouest de Novosibirsk.
  • 9 août 2005. Une souche inhabituelle du choléra a infecté plus de 2000 personnes en Ouganda ces dernière semaines. Plus de cinquante en sont mortes. En Guinée Bissau la situation est encore plus sérieuse avec 84 morts et plus de 5000 cas. Une nouvelle controverse, alimentée par les media, agite les chercheurs intéressés par la Chine alors que l'épidémie due à Streptococcus suis continue à tuer hommes et porcs dans la province du Sichuan. Les bruits les plus invraisemblables à propos de virus recombinants possibles ont été répandus aux Etats-Unis. L'épidemie de grippe du poulet n'est pas encore sous contrôle en Sibérie.
  • 4 août 2005. On s'interroge depuis quelque temps sur la façon dont le virus du SRAS (SRAS-CoV) entre dans les cellules pulmonaires. On a proposé deux récepteurs différents comme porte d'entrée, à partir d'expériences de cultures cellulaires. Une nouvelle étude, fondée sur la construction de souris mutantes (knock-out), due à une collaboration entre des chercheurs de Beijing, d'Autriche, des USA et du Canada, prouve que le récepteur est l'enzyme 2 de conversion de l'angiotensine (ACE2). Comme cette enzyme agit dans une cascade de régulation très importante (la cascade de conversion rénine-angiotensin) cela explique pourquoi les symptômes de la maladie sont si sévères. La controverse médiatique à propos de l'épidémie de grippe aviaire entre le Ministère de l'Agriculture Chinois, le Département de Microbiologie de l'Université de Hong Kong et l'université privée de Shantou dans le Guangdong se poursuit, alors qu'en Sibérie l'abattage de la volaille dans les élevages contaminés s'intensifie.
  • 1 août 2005. La poliomyélite est loin d'être éradiquée. Elle reste endémique à Madagascar, et elle vient de refaire surface en Angola, avec deux cas de paralysie. Le dernier épisode dans ce pays remontait à 2001.
  • 31 juillet 2005. Un jeune éleveur de volaille de vingt ans vient d'être hospitalisé avec tous les symptômes de la grippe, dans la région de Pavlodar au Kazakhstan, où 600 oies domestiques sont mortes de la grippe entre le 20 et le 30 juillet. Le patient, du village de Golubovka, a été ensuite atteint d'une double pneumonie.
  • 30 juillet 2005. Les autorités sanitaires de Sibérie se contredisent et pensent désormais que l'épidémie de grippe aviaire qui vient de se déclarer est due au virus H5N1. Comme elle a très probablement été transmise par des oiseaux migrateurs, on peut craindre qu'elle ne s'étende vers le nord, puis à la fin de l'été vers de nouveaux pays au Sud, atteignant l'Europe.
  • 26 juillet 2005. L'épidémie de grippe aviaire en Sibérie est heureusement due au virus H5N2, non à sa forme H5N1, la plus dangereuse. Des porcs ont été trouvés positifs pour le virus H5N1 en Indonésie, où l'on a abattu les animaux infectés. Le gouvernement a désigné officiellement l'hôpital Persahabatan à Rawamangun, Jakarta Est , et l'hôpital Sulianti Saroso à Sunter, Jakarta Nord, comme centres de référence en réponse au décès dû à la grippe aviaire de trois résidents de Tangerang. La mort de trois cents aigrettes dans un parc de Guangzhou (Canton) fait craindre à la population un nouvel épisode de grippe aviaire. La rumeur court que certains de ces oiseaux ont été mangés ou vendus sur les marchés locaux.
  • 25 juillet 2005. Une mystérieuse épidémie se développe dans la province du Sichuan en Chine. 80 personnes ont été contaminées et 20 en sont mortes. Il n'y a pas de contamination interhumaine. Les media de Taiwan et de Hong Kong suggèrent qu'il pourrait s'agir d'une contamination par un Streptocoque affectant les porcs.
  • 21 juillet 2005. Pour la première fois, la Russie rapporte que la grippe aviaire H5 a tué des oies et des canards (Anatidés, Sibérie centrale). Cela pourrait être la suite de l'épidémie qui a affecté la province du Qinghai en Chine. La dengue s'étend à Singapour.
  • 16 juillet 2005. Dans une première en Chine, des chercheurs de Pékin donnent le détail de la récente épidémie qui a affecté des Anatidés (la famille des oiseaux qui comprennent canards, oies etc.) dans la région du Qinghai; ce sujet reste hautement controversé (voir les détails en date du 8 juillet): "Highly pathogenic H5N1 influenza virus infection in migratory birds" par Jinhua Liu,1* Haixia Xiao,2,6* Fumin Lei,3* Qingyu Zhu,4 Kun Qin,1 Xiaowei Zhang,5 Xinglin Zhang,1 Deming Zhao,1 Guihua Wang,2,6 Youjun Feng,2,6 Juncai Ma,2 Wenjun Liu,2 Jian Wang,5 George F. Gao2 1Collège de Médecine Vétérinaire, Université d'Agriculture de Chine, Pékin 100094. 2Institut de Microbiologie, Académie des Sciences, Pékin 100080. 3Institut de Zoologie, Académie des Sciences, Pékin 100080. 4Institut de Microbiologie et d'Epidémiologie, Académie Militaire des Sciences Médicales, Pékin 100071. 5Institut de Génomique de Pékin, Académie des Sciences, Pékin 101300. 6Graduate School, Académie des Sciences, Pékin. Ce travail montre que le virus isolé d'un faucon pélerin à Hong Kong il y a quelque temps portait une signature de virulence semblable à celle qu'on retrouve chez les oies victimes de l'épidémie au lac Qinghaihu. Le minitre de la santé d'Indonésie in dique qu'il est possible que la grippe aviaire ait été responsable de la mort d'un homme et de ses deux filles près de Djakarta.
  • 14 juillet 2005. Plus de dix nouveaux cas de patients infectés par la grippe du poulet sont hospitalisés à Hanoi. L'un vient de mourir de la maladie.
  • 11 juillet 2005. La grippe du poulet est à nouveau au Japon, alors que les Philippines sont affectées pour la première fois, et que des élevages en Thailande sont à nouveau infectés... La Chine développe un nouveau mpédicament "anti-fusion" pour empêcher l'entrée du VIH dans les cellules humaines. Le choléra se répand à la frontière entre le Mali et le Sénégal.
  • 8 juillet 2005. Une intéressante controverse oppose Guan Yi, à l'Université de Hong Kong et de Shantou (cette dernière financée par le milliardaire LI Kashing) et les autorités Chinoises, conduites par Jia Youling, directeur général du Bureau de Médecine Vétérinaire du Ministère Chinois de l'Agriculture. Selon Guan, les autorités tentent de l'empêcher d'avoir accès direct aux échantillons de virus au moment des épidémies, tandis que, selon Jia, les conclusions tirées par Guan sont erronées et montrent qu'il ne comprend pas les migrations des oiseaux...
  • 6 juillet 2005. Une nouvelle lignée de cellules du foie découverte par Takaji Wakita au Département de Microbiologie, du Metropolitan Institute pour les Neurosciences de Tokyo vient d'être améliorée et permet la culture cellulaire du virus de l'hépatite C. Il s'agit d'un progrès considérable qui va permettre de mieux comprendre cette maladie léthale et peut-être de découvrir un meilleur traitement ou un vaccin.
  • 3 juillet 2005. Le National Science Advisory Board for Biosecurity (NSABB) des Etats-Unis s'est réuni pour la première fois pour discuter de l'usage ambigu ("dual use") de la biotechnologie, qui pourrait conduire à la confection d'armes. Craig Venter y a présenté ses vues de l'usage de bactéries "synthétiques".
  • 26 juin 2005. Au Japon, des poulets sont infectés par le virus de la grippe H5N2. Cette famille de virus, moins dangereuse que les souches H5N1 ont infecté des oiseaux de façon répétée l'an dernier (en août en Afrique du Sud, et plus tôt aux USA et à Taiwan. Comme toujours, hélas, nos réactions aux maladies suivent les épidémies, plutôt que les précéder et les prévenir : le SRAS est aujourd'hui le prétexte au développement de vaccins utilisant comme cible l'évidente protéine "spike" du virus. Et des plants de tabac transgénique produisent déjà un vaccin oral contre le SRAS avec cet antigène.
  • 22 juin 2005. Le choléra est de retour à Touba, au Sénégal, où il pourrait avoir atteint au moins 250 personnes. Comme presque partout où le choléra eset endémique, les autorités tentent de masquer ce fait sous le terme générique de "diarrhée". Au Vietnam la grippe infecte à nouveau des poulets. En Chine les autorités nient avoir demandé aux fermiers d'utiliser l'amantadine pour protéger les élevages de volaille contre la grippe. La situation est compliquée du fait que les règles de commercialisation des médicaments ne sont pas appliquées (la situation est souvent la même en médecine vétérinaire en Europe) alors que de nombreuses compagnies vendent dans tout le pays des médicaments qui devraient être d'un usage contrôlé. C'est ainsi que dès 1996, le premier patient infecté par une souche de staphylocoque résistant à la vancomycine a été découvert dans un hôpital de Pékin.
  • 19 juin 2005. La rumeur se répand que les autorités chinoises auraient recommandé l'usage prophylactique de l'amantadine, un médicament possible contre la grippe aviaire, dans des fermes situées sur tout le territoire. Cela va probablement déclencher une controverse, comme dans le cas de la vaccination des animaux à grande échelle, parce que cela conduit à la sélection de nouveaux variants du virus. Le génotype Z du virus qui circule à présent est d'ailleurs résistant à l'amantadine et à la rimantidine. On peut donc se demander si ces variants ne sont pas déjà le résultat de cette pratique si elle se confirme. Obtenus pas criblage aléatoire de millions de composés par les compagnies pharmaceutiques, ces deux composés ont pour cible le canal ionique M2 du virus. Ils sont cependant très difficiles à utiliser en raison de leurs effets secondaires. Cela signifie que leur usage à grande échelle aurait probablement été impossible. Cependant cette pratique, si elle se confirme, montre qu'une action concertée mondiale est absolument nécessaire si nous ne voulons pas réduire à néant nos efforts pour prévenir et contrôler la pandémie qui s'annonce. De nouveaux cas humains ont été identifés au Vietnam, et il est possible qu'une personne en Indonésie a été infectée il y a quelque temps, sans effets significatifs. La réunion de Hangzhou sur le SRAS a été couronnée par un résultat remarquable : la cinansérine, médicament utilisé contre la schizophrénie depuis les années 1970, a été identifiée comme un médicament actif contre le virus du SRAS, ce qui en fait un médicament d'usage possible immédiat (sans essais cliniques supplémentaires), parmi les 15 autres médicaments anti-SRAS étudiés par les participants à la réunion. Les chercheurs ont aussi rapporté que deux nouveaux virus apparentés au SRAS-CoV ont été identifiés.
  • 15 juin 2005. Six nouveaux cas humains de grippe du poulet au Vietnam...
  • 14 juin 2005. Le charbon est endémique un peu partout dans le monde en raison de la grande résistance des spores de Bacillus anthracis qui sont extrêmement robustes et peuvent persister dans le sol pendant des décennies. Le bétail est souvent infecté, et l'Homme est contaminé lorsqu'il manipule les animaux abattus ou leur peau ulisée pour la préparation du cuir. Deux foyers sont actifs en ce moment, l'un au Zimbabwé (où une épidémie s'est déclarée en 1978-1980) dans le district de Gutu avec cinq cas connus, et l'autre dans l'état du Tamil Nadu en Inde (deux cas). La deuxième réunion annuelle du projet sino-européen sur le SRAS Sino-European Project on SARS Diagnostics and Antivirals (SEPSDA) s'ouvre à Hangzhou (Chine).
  • 9 juin 2005. Un nouvel épisode de grippe aviaire a tué quelques centaines d'oies dans la province désertique du Xinjiang (Sin-Kiang) en Chine. Les autorités sanitaires ont ordonné l'abattage de 13 000 oiseaux dans les fermes voisines du lieu de l'épidémie. Au cours des trois dernières semaines trois personnes ont été infectées par le virus au Vietnam, après contact avec de la volaille infectée. Sur le front des autres épidémies en cours (sans compter les plus importantes, sida, paludisme, tuberculose, choléra et diarrhées, dengue etc), la fièvre de Marburg est sans doute sous contrôle en Angola, où 423 personnes ont sans doute été infectées jusqu'ici, 357 en sont mortes), il n'y a pas de nouveau cas de fièvre d'Ebola au Congo, 52 personnes ont été atteintes par la légionellose en Norvège (où la cause a été identifiée). Cette même maladie s'est arrêtée en France près de Lyon, mais sa cause n'a pas été clairement établie. Un vaccin serait possible contre la fièvre de Marburg ou d'Ebola car les essais sur des singes sont concluants, mais ces maladies n'étant contagieuses que par contact direct elles sont normalement faciles à arrêter, dans un contexte où l'hygiène est comprise. Une étude intéressante, où le gène codant la protéine qui peut devenir le dangereux prion a été modifié de façon à produire une protéine modifiée, conduisant à un prion qui ne peut se lier aux membranes cellulaires, montre que chez la souris cela conduit à la formation de dépôts qui ressemble diablement aux plaques de la maladie d'Alzheimer. Cela indique l'existence d'un lien — il peut s'agir simplement de convergence fonctionnelle — entre ces deux encéphalopathies dégénératives. Et cela rend d'autant plus importante l'étude de la façon dont se répandent les prions et les encéphalopathies du même type, qui, bien que sporadiques, semblent en augmentation en de nombreux endroits.
  • 5 juin 2005. En février cette année l'annonce a été faite de l'apparition d'une nouvelle souche du virus VIH, extrêmement dangereuse à New York. Heureusement il semble que ce soit simplement une réaction trop rapide de chercheurs et de hauts responsables soucieux d'améliorer leur réputation. Il ne faut cependant pas baisser la garde au moment où, au Japon, le taux d'accroissement des nouveaux cas de contamination atteint un niveau semblable à celui des pays en développement.
  • 4 juin 2005. La grippe de base est une maladie des Anatidés (canards, oies, sarcelles...); la raison de sa propagation à l'Homme vient de la coutume des fermiers Chinois d'élever ensemble canards et porcs (l'idéogramme pourr "famille" est un pictogramme représentant un cochon sous un toit). La maladie se propage du canard au cochon puis à l'Homme. En général la maladie est inoffensive pour les canards (un peu comme nos maladies d'enfants). De temps en temps le virus contamine d'autres oiseaux, avec des symptômes plus sévères (en raison de sa moins bonne adaptation). C'est le cas du récent virus de la grippe du poulet H5N1, qui résulte sans doute d'un réassort compliqué de plusieurs souches aviaires en 1997. Comme tous les pathogènes, les nouveaux virus explorent systématiquement de nouveaux hôtes. Soit ils sont rapidement tués par les différents niveaux du système immunitaire - et on ne voit rien - soit ils causent de graves perturbations, et sont souvent très dangereux. Dans ce cas, comme ils sont moins bien adaptés, ils ne se propagent pas facilement au sein de la communauté de leurs nouveaux hôtes. Il semble que ce soit la situation de l'épidémie actuelle. Le danger deviendra important (cela semble être la situation au Vietnam) quand des mutants du virus commenceront à s'adapter à leur nouvel hôte humain. Alors qu'ils paraîtront moins léthaux (mais le seront encore), ils commenceront à se propager d'homme à homme. C'est cette situation qui est l'objet de la surveillance de toutes les autorités sanitaires mondiales. Une conséquence de ces observations est que les virus qui pourraient devenir les plus dangereux sont ceux qui soit prendront la voie classique des Anatidés aux mammifères et à l'Homme, soit les virus qui infecteront un autre type d'oiseaux et s'atténueront directement chez l'Homme (cela semble être la voie suivie pour le moment par le virus). Il est important d'être conscients que le virus qui va créer l'épidémie sera présent dans l'environnement bien avant son commencement effectif. Il est donc particulièrement important de surveiller ses changements moléculaires (par l'analyse du génome viral) de façon systématique. Les deux foyers les plus préoccupants sont donc le Sud-Est asiatique (où des formes atténuées sont déjà apparues), et l'Indonésie (où il semble que des porcs ont déjà été infectés, la plupart, heureusement, sans symptômes). La situation en Chine est intermédiaire, et en cours d'analyse. L'épisode le plus récent, qui affecte au moins un millier d'oies, dans la province reculée de Qinghai, est peut-être moins dangereux. Cependant il est probable que le virus vient d'oiseaux migrateurs qui ont été infectés dans le Sud-Est asiatique. Par ailleurs, au contraire de ce qu'on perçoit le plus souvent dans le monde occidental, le gouvernement central Chinois a beaucoup moins de pouvoir que ce qu'on suppose généralement. L'information, souvent, ne parvient pas aux autorités depuis l'endroit o· se produisent les événements, et le manque d'information est souvent le cauchemar des autorités sanitaires. Qui plus est, des potentats locaux décident de ce qui est important et de ce qui ne l'est pas en fonction de leur intérêt (supposé), et non de l'intérêt supérieur du pays. Enfin, les rumeurs se répandent extrêmement vite, en particulier via l'usage des téléphones mobiles (sensiblement moins, heureusement, dans les endroits reculés de la Chine). Cette situation est particulièrement dangereuse parce que la Chine pourrait être la première victime de la maladie (bien que le Sud-Est Asiatique semble plus probable). La façon la meilleure de contrôler l'épidémie serait de restreindre les mouvements de populations (en instaurant des quarantaines). Les rumeurs et la panique vont malheureusement conduire les gens à fuir les régions affectées (comme on l'a vu en Inde avec la peste et récemment avec la fièvre de Marburg en Angola par exemple) créant de nouveaux foyers. Aussi, plutôt que de montrer du doigt les carences du gouvernement Chinois, nous devrions, par tous les moyens, essayer de l'aider. Il est d'ailleurs intéressant de comparer la facon dont le SRAS a été jugulé dans le monde : la Chine n'a pas été le plus mauvais acteur, et de loin. S'il y a bien eu trois accidents de laboratoire dans le monde avec ce virus c'est à trois endroits différents : Singapour d'abord, puis Taiwan, et enfin Pékin. Soulignons aussi l'épisode incroyable récent de distribution du dangereux virus H2N2 qui a causé l'épidémie de grippe de 1957-1958, envoyé par accident à des centaines de laboratoires aux Etats-Unis et dans 17 pays. Cette faute scandaleuse n'était pas chinoise et elle démontre à l'évidence que nous ne sommes pas sans fautes. Nous devrions toujours écouter les voix positives et constructives, et nous organiser au mieux pour ce qui apparaît de plus en plus comme inévitable. L'arrêt d'une station d'épuration près de Goma au Congo, a conduit la population à boire de l'eau contaminée, déclencahnt une sérieuse épidémie de choléra.
  • 1 juin 2005. Des chercheurs italiens ont récemment rapporté que le resvératrol, un polyphénol de la peau du raisin inhibe in vitro, et apparemment in vivo chez la souris, la réplication de virus, en particulier du virus de la grippe. C'est évidemment une bonne nouvelle mais demande confirmation (en particulier quant au mode d'administration). Cette molécule semble modifier l'état d'oxydo-réduction de la cellule. Une autre étude à l'Institut Karolinska à Stockholm, utilisant l'un des ingrédients majeurs du curcuma, épice largement utilisée en Inde (curcumin) a aussi pour cible l'état redox de la cellule, avec des résultats intéressants contre le cancer. Tout cela indique un rôle particulièrement important du métabolisme du soufre. Le foyer de légionellose près de Lyon en France semble contrôlé, mais la maladie affecte la Norvège dans les ville de Sarpsborg et Fredrikstad. Les autorités sanitaires ont été alertées et cherchent à en identifier la source.
  • 31 mai 2005. Un dixième patient est mort de la fièvre d'Ebola au Congo (Brazzaville) ce qui démontre que la maladie couve toujours. L'OMS a déclaré l'Indonésie zone d'endémie pour la grippe aviaire : 16,2 millions d'oiseaux en sont morts l'an dernier, mais la mortalité est bien moindre cette année (300 000 au cours du premier trimestre). Le virus a aussi été découvert dans de petits élevages de porcs : les autorités ont alors imposé que les élevages de porcs et de volaille soient physiquement éloignés les uns des atures. La fièvre de Marburg continue à progresser lentement en Angola.
  • 29 mai 2005. Le fait que les autorités Chinoises aient mis quelque temps à communiquer la présence de foyers actifs de fièvre aphteuse sur leur territoire a déclenché une série de questions à propos de l'étendue de l'épidémie de grippe aviaire. Quelques groupes d'activistes ont pris ce prétexte pour affirmer l'existence de cas humains. Il n'y a en fait jusqu'à présent aucune indication qu'il existerait des cas de ce type. De fait il semble bien que ce soit la forme qui infecte les poules qui soit la plus contagieuse pour l'Homme en ce moment. Le Vietnam accepte d'interrompre son programme très controversé de vaccination contre le virus H5N1, alors que l'OMS craignait que cela puisse accélérer l'évolution du virus vers une forme plus contagieuse. Un groupe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology propose une nouvelle technique d'impression pour créer un grand nombre de puces à ADN identiques. Avec cette nouvelle méthode appelée "Supramolecular Nano-Stamping" (SuNS, Nano-Estampage Supramoléculaire, NESu), des fragments d'ADN simple brin s'assemblent de façon autogène sur une surface et reproduisent une matrice préformée à l'échelle nanoscopique de leurs brins complémentaires. Les copies sont identiques à la matrice initiale, avec la même répartition des séquences. Cette méthode, s'il se confirme qu'elle se réalise facilement, diminuera considérablement le coût de la fabrication des puces, et sera largement utilisée dans le domaine du diagnostic.
  • 28 mai 2005. Plusieurs cas de maladies infectieuses inconnues ont été découverts dans le Nord du Vietnam. Il ne s'agit ni de grippe, ni de dengue, ni d'encéphalites. Une analyse épidémiologique suggère qu'il pourrait s'agir de maladies transmises par des insectes vecteurs. Plusieurs foyers de ce qui semble être la grippe H5N1 ont tué un grand nombre d'Anatidés (oiseaux de la famille des canards et des oies) dans la province de Qinghai en des endroits très reculés. Autant qu'on puisse le savoir aucun cas humain n'a été découvert. Les personnes qui ont été en contact avec les oiseaux sont sous surveillance (dans la mesure où elles sont connues). Des études d'épidémiologie moléculaire sont entreprises. Elles devraient permettre de savoir si le virus provient du Sud-Est Asiatique, au cours des migrations printannières, et d'identifier les mutations en cours. Les formes léthales du virus pourraient être moins dangereuses que les formes moins virulentes, parce qu'elles disparaissent avec les animaux qu'elles tuent. La préoccupation majeure de l'OMS en ce moment est précisément que les variants présents dans le Sud Est Asiatique semblent s'atténuer (et peuvent donc se répandre plus facilement). Plusieurs foyers de fièvre aphteuse se sont déclarés en Chine, créant un certain désordre sur le marché de la viande et des animaux.
  • 22 mai 2005. Depuis le début du mois de mai des centaines d'oiseaux migrateurs sont morts dans la province de Qinghai à l'ouest de la Chine. Il vient d'être établi que ces morts sont dues à un variant du virus H5N1 de la grippe. Nous avions noté il y plusieurs années que les oiseaux migrateurs devraient être utilisés comme sentinelles pour nous avertir de l'arrivée de la grippe. Il s'agit donc là d'un signe important. La Thailande qui a déjà constaté plus de 8000 cas de dengue depuis le début de l'année met en place un système de surveillance dans tous le pays.
  • 16 mai 2005. L'épidémie de légionellose qui s'étend au Nord de Lyon ressemble à celle qui a affecté la région de Lens du 30 novembre 2003 au 17 février 2004. Le nombre des cas actuels (34) correspond à celui atteint après un mois, au milieu de l'épidémie à l'époque. Une épidémie de fièvre d'Ebola semble couver en République Démocratique du Congo, alors que la fièvre de Marburg semble marquer le pas en Angola. Il peut cependant s'agir d'une rumeur déclenchée par cette dernière épidémie, qui n'est pas encore contenue (on a enregistré 292 décès parmi les 336 cas identifiés).
  • 13 mai 2005. Le début possible d'une épidémie de légionellose se manifeste au Nord-Est de Lyon (20 cas ont été diagnostiqués). Le Ministère de l'Agriculture d'Indonésie vient de rendre publique l'information que des porcs ont été infectés par la grippe aviaire dans ce pays. Comme la voie la plus fréquente du passage des oiseaux à une forme contagieuse chez l'Homme passe par le porc, cette information est préoccupante.
  • 12 mai 2005. La revue Nature vient de publier des nouvelles déplorant le manque de coopération  entre les chercheurs impliqués dans la lutte contre la grippe aviaire. Heureusement, il semble que les autorités des pays concernés aient repris le partage des échantillons de virus avec les chercheurs de l'OMS, après un arrêt de près de huit mois.
  • 11 mai 2005. Le choléra, endémique depuis quelque temps dans les îles de São Tomé (à l'ouest de l'Afrique) semble prendre des proportions épidémiques (130 cases). La dengue s'amplifie aux Philippines, alors que l'Institut Pasteur de Ho Chi Minh Ville rapporte quelques 6,290 cas depuis le début de l'année. Un foyer de méningite à méningocoques affecte la capitale de l'Inde (214 cas et 16 décès) et semble s'étendre aux états voisins, causant une crise politique.
  • 8 mai 2005. La rumeur se répand dans la province du Guangdong que des milliers d'enfants souffrent de symptômes grippaux à la fin de la "longue semaine" de vacances en Chine. En raison de l'alerte à la grippe du poulet dans le Sud-Est asiatique la population réagit au moindre signe suspect et transmet son inquiétude par SMS.
  • 7 mai 2005. Le magazine The Scientist tire les leçons du SRAS, et montrent comment la collaboration internationale est venue à bout de l'épidémie. L'article remarque qu'une des leçons est que le réservoir du virus reste inconnu. Le Canada vient d'envoyer une troisième équipe en Angola pour tenter d'enrayer l'épidémie de fièvre de Marburg. Il prépare une quatrième équipe pour la fin du mois si nécessaire. De nouveaux cas continuent à apparaître, démontrant que le message sur le mode de contagion n'est pas encore compris par la population. Le Vietnam se prépare à tester un vaccin contre la grippe aviaire sur la population humaine et la volaille cet été après l'obtention de résultats positifs sur le singe et la souris.
  • 3 mai 2005. Le vaccin contre l'épidémie de grippe de type H3N2 de l'an prochain est en cours de conception, mais l'esprit de toutes les autorités sanitaires reste préoccupé par l'épidémie de grippe H5N1 qui sévit dans le Sud-Est Asiatique. Les virus circulant aujourd'hui sont différents de celui qui a causé l'épisode de 1997 à Hong Kong. Un vaccin synthétique contre l'antigène hémagglutinine (le "H" de l'acronyme H5N1) est en cours de préparation, alors que le virus évolue lentement vers une forme moins mortelle mais plus contagieuse (la mortalité a baissé de 75% à 20%) qui affecte maintenant toutes les classes d'âge. Le Vietnam se prépare à vacciner massivement sa volaille, mais on peut se demander si cela ne conduira pas à une évolution plus rapide du virus vers une forme contagieuse d'homme à homme. La fièvre de Marburg en Angola a désormais tué 280 personnes. Il semble encore difficile d'empêcher les gens de toucher les personnes malades, alors que c'est la seule voie de contamination efficace. Le choléra reste endémique dans les lieux à mauvaise hygiène, il vient de faire 117 victimes au Sénégal (mais paraît décliner) et a tué probablement plus de 100 personnes au Nigéria. Au Bangladesh les autorités continuent à refuser de nommer les maladies qui causent les diarrhées fatales qui l'affectent, mais il s'agit probablement, comme d'habitude, du choléra.
  • 29 avril 2005. Le souvenir du SARS s'efface, mais les chercheurs continuent à s'y intéresser : au Département de Biochimie de l'Université de Hong Kong ils ont identifié une nouvelle classe de produits (en collaboration avec des collègues Allemands) qui pourraient être efficaces contre les virus, y compris le SRAS-CoV. Ces "bananines" sont de puissants inhibiteurs des hélicases et de la réplication du Coronavirus du SRAS. Plus de 250 personnes sont mortes de la fièvre de Marburg en Angola, mais la maladie semble désormais sous contrôle.
  • 19 avril 2005. L'épidémie de fièvre de Marburg en Angola - la plus meurtrière à ce jour - atteignait hier 235 morts pour 257 cas identifiés, principalement de jeunes enfants. Au moins 500 personnes pourrraient encore avoir été contaminées en raison des rites mortuaires pratiqués par les familles, où l'on prépare le corps et embrasse le mort. Malheureusement les filovirus recouvrent très vite la peau des patients, et le simple toucher est une voie très rapide et efficace de contagion.
  • 15 avril 2005. Une remarquable révolution agite la communauté des chimistes des acides nucléiques. Elle est probablement au moins aussi importante que la révolution de la réaction de Polymérisation en Chaîne (PCR). Les nucléotides, maillons constitutifs des acides nucléiques, sont assez instables, et coûteux à réaliser. Le ribose en particulier est un sucre très réactif (présent dans l'ARN il a très probablement existé avant le désoxyribose). C'est ce qui a motivé il y a quelques années les tentatives de construction d'analogues des nucléotides et des acides nucléiques. Eschenmoser et ses collègues ont d'abord remplacer les sucres normaux par d'autres, et montré que les nouvelles molécules (ANT, acides nucléiques à tétroses) gardaient la propriété de s'apparier comme dans la double hélice, et pouvaient s'apparier à l'ADN et à l'ARN. Ces travaux ont été suivis par la création des acides nucléiques peptidiques (ANP) où un peptide remplace le squelette sucre-phosphate. Aujourd'hui Meggers et ses collègues ont créé des acides nucléiques glycolés (ANG) qui sont extraordinairement simples, tout en conservant les propriétés des acides nucléiques, pour former des structures antiparallèles complémentaires et capables de s'hybrider avec les acides nucléiques authentiques. Ces nouveaux "nucléotides glycolés" sont très simples et économiques. Il est désormais probable que nous aurons bientôt des procédés automatiques bon marché qui nous permettront de faire toutes sortes d'ANG, y compris de nouveaux faits de bases nouvelles. On peut même s'attendre à ce que les chercheurs commencent à réaliser des scénarios d'évolution en tube à essais avec ces nouvelles molécules. Meggers suggère que des ANG pourraient avoir été les ancêtres des acides nucléiques actuels. C'est très peu probable, en fait, et sa contruction est typique de ce que peut réaliser l'intelligence humaine, plutôt que le bricolage caractéristique de la vie,qui ne suit aucun plan intelligent, mais utilise le fait même de l'imperfection du bricolage comme source de perpétuelle invention.
  • 14 avril 2005. Au Sénégal, plus de 6 000 personnes ont été touchées par l'épidémie de choléra qui continue de persister malgré un effort massif du gouvernement pour sensibiliser la population. On craint une extension de l'épidémie dans la région de Diourbel lors du Gamou (ou Maouloud, célébration religieuse de l'anniversaire de la naissance du Prophète) qui aura lieu le 21 avril prochain dans plusieurs localités religieuses. En Ouganda aussi le choléra s'étend dans le district de Gulu. La fièvre de Marburg fait 215 victimes en Angola.
  • 13 avril 2005. A l'inquiétude causée par la possibilité que le virus aviaire H5N1 se transforme en pandémie, l'OMS rapporte que des échantillons du virus de la grippe H2N2, source de la pandémie de 1957-1958, ont été envoyés par inadvertance à 3 747 laboratoires de 18 pays, dont 61 hors des Etats-Unis et du Canada (14 au Canada). La fièvre de Marburg en Angola a fait au total 210 victimes.
  • 12 avril 2005. La fièvre hémorragique de Marburg, causée par un filovirus de la même famille que le virus d'Ebola, a tué plus de 200 personnes, surtout des enfants de moins de 5 ans, en Angola. Le réservoir du virus reste inconnu, mais les chercheurs pensent à un petit animal, peut-être un rongeur. Curieusement, comme dans le cas de l'épidémie de SRAS en 2003, l'hôpital où les victimes sont traitées semble être la source principale de contagion. Le Governement Angolais se prépare à le fermer pour enrayer la progression de l'épidémie.
  • 9 avril 2005. La situation est confuse et dangereuse en Angola après une attaque contre le personnel de l'OMS, soupçonné par la population de propager la terrible fièvre de Marburg. 183 personnes en sont mortes et il est difficile de connaître l'état réel de la situation parce que le personnel de l'OMS qui tentait de retrouver les contacts des patients pour contenir la contagion ne peut plus travailler dans de bonnes conditions.
  • 8 avril 2005. L'Organisation Mondiale de la Santé a demandé aux pays voisins de l'Angola de déclencher l'alerte à la fièvre de Marburg après la confirmation que ce virus, semblable à celui de la fièvre d'Ebola, a désormais tué 173 personnes. Les cafards ne sont pas seulement une peste parce qu'ils transmettent les maladies par leur présence universelle dans les lieux souillés, mais ils sont aussi source de dangereuses allergies. Des entomologistes viennent de réussir à identifier la structure de la puissante phéromone de Blattella germanica, l'une des espèces de blattes les plus communes. La glande productrice de la phéromone sexuelle est connue depuis 1993, mais sa fragilité à la température avait jusqu'à présent rendu son identification impossible. La connaissance de sa structure va permettre de créer des pièges efficaces pour contrôler les populations de ces vilains insectes.
  • 6 avril 2005. Malgré un importante effort pour contrôler l'épidémie de fièvre de Marburg en Angola 155 patients en sont morts (175 cas ont été formellement identifiés). Bien que ce ne soit pas officiellement déclaré, il semble que le choléra refait surface à Dakar, la capitale du Sénégal.
  • 5 avril 2005. L'épidémie de grippe du poulet qui envahit la Corée du Nord semble être du type H7, et non H1. Ce serait une première en Asie. Si le type H7 est généralement moins dangereux que H1, le fait que le virus grippal peut facilement réassortir son génome si deux virus infectent le même hôte augmenterait fortement le risque de créer des mutations tout à fait nouvelles. Par ailleurs, si cette identification est confirmée sa voie de propagation sera alors une énigme particulièrement curieuse du fait de l'extrême isolement de la Corée du Nord. Après 150 cas mortels la fièvre de Marburg semble marquer le pas en Angola.
  • 3 avril 2005. Il semble probable désormais que le dangereux virus de la fièvre Ebola puisse être porté par des chiens, ne montrant aucun signe de la maladie. Cette observation récente devrait nous aider à découvrir le réservoir du virus, jusqu'à présent inconnu, alors qu'on sait que le virus se propage par contact direct avec des animaux morts (des primates le plus souvent) ou des patients humains. Cette découverte est aussi importante au moment où la fièvre hémorrhagique de Marburg continue à se répandre en Angola (plus de150 personnes ont été tuées par le virus depuis l'automne dernier). Le choléra continue à se répandre au Sénégal, en particulier à partir de la ville sainte de Touba où les pélerins de la tradition Mouride viennent célébrer le départ en exil de son fondateur Sheikh Ahmadou Bamba en 1895.
  • 29 mars 2005. La grippe du poulet s'est maintenant répandue en Corée du Nord où elle a tué un grand nombre de poulets. Comme les nouvelles de ce pays sont très rares il est difficile de savoir s'il y a des cas humains. Une nouvelle famille vient d'être atteinte par la maladie au Vietnam, mais il n'y a pas d'indication de contagion interhumaine. La fièvre hémorrahgique de Marburg a tué 126 personnes en Angola, y compris un docteur Italien. Il semble désormais que l'épidémie, dont un réservoir semble être le singe vert, a commencé en octobre dernier.
  • 23 mars 2005. Alors que la saison sèche devient chaude et poussiéreuse, l'épidémie annuelle de méningite qui affecte le Sahel commence à se développer. De nombreux cas se sont déclarés dans la région de Bouna (Nord-est de la Côte d'Ivoire). Cette région est contrôlée par les rebelles et n'est pas facilement accessible aux secours médicaux (vaccination en particulier).
  • 22 mars 2005. Le professur Zhu Chen, vice-président de l'Académie des Sciences de Chine, vient d'être élu membre de la Conférence Politique Consultative du Peuple Chinois (CPPCC). Un peu comme au moment du début de l'épidémie de SRAS dans la région de Canton, de nombreuses rumeurs se répandent au Vietnam à propos de la grippe du poulet. Le bruit court que dans la commune de Chau Hoa au centre de la province d Quang Binh province, à 400 kilomètres au sud de Hanoi, plus de deux cents personnes seraient atteintes. Il s'agit probablement d'une exagération, mais il convient d'analyser la situation en profondeur.
  • 13 mars 2005. Comme nous l'avions pressenti, la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong a reçu samedi après-midi 12 mars un décret du Conseil des Affaires d'Etat approuvant la dévision de Tung Chee Hwa de son poste de chef de l'exécutif de la RAS de Hong Kong. Le chef de l'exécutif par intérim de la RAS de Hong Kong, Donald Tsang, a commencé immédiatement à assumer la responsabilité de chef de l'exécutif de la RAS de Hong Kong. Tung Chee Hwa, comme prévu, a été nommé membre vice-président de la CCPPC.
  • 12 mars 2005. Le VIH sous ses différentes formes pénètre les cellules humaines (principalement les macrophages) au moyen d'un récepteur, CCR5. Les celllules qui portent la délétion CCR5-delta32 (càd qui ont un récepteur modifié) sont pratiquement imperméables au virus. La fréquence moyenne de ce gène particulier est élevée dans les populations européennes (10%, et 15% en Scandinavie). Des chercheurs de Grande Bretagne proposent que cela est le résultat de la pression de sélection exercée sur les populations européennes au cours du passé, lorsque toutes sortes de maladies se sont répandues comme la peste, et ont tué un grand nombre des habitants du continent. Cela pourrait expliquer la nature relativement moins contagieuse du VIH en Europe par rapport au reste du monde. Cette hypothèse va probablement déclencher une intéressante controverse.
  • 11 mars 2005. De plus en plus de patients atteints du sida voient leur maladie échapper au contrôle par les rétroviraux (au moins 5% selon les derniers chiffres pour la Grande Bretagne. La situation est déjà préoccupante en Afrique (au moins 5% des patients au Kenya), et deviendra extrêmement sérieuse, si le trafic de faux médicaments, déjà très actif, s'amplifie. Dans le domaine de la grippe aviaire il semble que la famille de patients atteints puisse avoir été infectée sans manifester de symptômes apparents. Il s'agit d'une observation ambiguë: si les personnes séropositives pour le virus ont été infectées par leurs proches, il s'agirait d'un signe inquiétant de communication interhumaine; mais, à l'opposé, le fait que des personnes puissent être infectées sans symptômes sérieux indique que la maladie pourrait être moins dangereuse que ce qu'on craignait jusqu'à présent (toutefois, peut-être chez les personnes âgées seulement).
  • 6 mars 2005. Des rapports préliminaires à propos d'un épisode de peste pulmonaire dans une mine de la République Démocratique du Congo parlaient de quelques 400 cas. Heureusement, une analyse retrospective montre que l'épisode se limite à 57 cas suspets, dont 16 mortels. La mine restera cependant une source de contagion au moment de la reprise du travail. La dengue de type quatre a récemment sévi en Indonésie. Cette épidémie devient très préoccupante pour le nord de l'Australie où l'épidémie de dengue de l'an dernier était d'un autre type, le type deux. La dengue, lors de la primoinfection est rarement mortelle, mais tous ceux qui sont atteints successivement de deux types de dengue risquent de développer la forme hémorragique, qui est souvent mortelle.
  • 3 mars 2005. Tandis que l'apparition probable d'une épidémie de grippe causée par le virus aviaire H5N1 reste présente à l'esprit de tous (deux nouveaux cas humains au moins, au Vietnam, et la mort de plus de 12 000 poulets à l'ouest de Java), le onzième plan quinquennal est discuté à Pékin entre le 2 et le 12 Mars aux réunions du Comité National de la Conférence Politique Consultative du Peuple Chinois (CCPPC) et du Congrès National du Peuple. Plusieurs propositions importantes sont attendues, concernant en particulier la direction de ministères et d'autres structures comme le gouvernement de la Région Administrative Spéciale de Hong Kong (où un changement de direction est possible). L'actuel "Chief Executive" de la RAS de Hong Kong devrait, en toute probabilité, être élu en tant que l'un des 25 vice-présidents de la CCPPC. L'épidémie de peste pulmonaire qui s'est déclarée dans un district minier de la République Démocratique du Congo semble moins importante et plus limitée géographiquement que ce qui avait été craint initialement.
  • 27 février 2005. Après une période de calme relatif sur le front de la grippe aviaire, et la fin de la conférence internationale sur le sujet à Ho Chi Minh Ville vendredi, un journal local rapporte qu'un homme de 36 ans ainsi que sa jeune sœur ont été atteints par la maladie au nord du Vietnam, alors qu'un homme plus âgé vient apparemment de mourir de la maladie. L'infection s'est apparemment déclarée après que l'Homme eut bu du sang de poulet, une pratique commune dans la région. Une fois encore cela met l'accent sur le rôle majeur des pratiques sociales dans la diffusion des maladies.
  • 26 février 2005. A la fin de la 12e Conférence sur les rétrovirus, achevée à Boston hier, des chercheurs américains ont rapporté la découverte de deux nouveaux rétrovirus humains (nommés HTLV3 et HTLV4, pour "human T-lymphotropic virus") au Cameroun chez des chasseurs de singes. Ces nouveaux virus n'ont pas été, jusqu'à présent associés à des maladies, mais leur présence devra être soigneusement répertoriée car on peut craindre qu'ils ne soient la source de nouvelles épidémies. Dans ce contexte il est particulièrement préoccupant que les expérience sur la xénotransplantation (càd la transplantation chez l'Homme d'organes animaux) ne soit pas interdite, mais ait au contraire les faveurs du public. Il est très important de comprendre que ce qui est proche de nous (le monde animal) est potentiellement beaucoup plus dangereux que ce qui en est plus éloigné (le monde végétal par exemple), en termes d'épidémies.
  • 25 février 2005. La Fondation Li Ka Shing à Hong Kong annonce la donation de 3 millions d'euros pour aider à la recherche contre la grippe aviaire. Cette donation associe l'Institut Pasteur, le Joint Influenza Research Center du Collège Médical de l'Université de Shantou (Université créée par Li Ka Shing dans sa ville natale de Shantou) et la Faculté de Médecine de l'Université de Hong Kong.
  • 24 février 2005. Un foyer de peste pulmonaire — la forme la plus dangereuse de la maladie — vient de se déclarer dans la zone minière de Zobia, dans la région du Bas-Uélé à l'est de la république Démocratique du Congo. Quarante trois personnes en sont mortes et 13 ont survécu. Des spécialistes de l'OMS et de l'Institut Pasteur de Madagascar recherchent les causes de ce foyer.
  • 22 février 2005. Promed rapporte que la controverse fait rage à propos du cas de sida récent découvert à New York et causé par un virus HIV multirésistant. Cette affaire, qui implique principalement des raisons socio-économiques, est discutée à Boston où près de 4 000 chercheurs sont réunis pour une conférence sur le sida. Pour la première fois il a été possible de répliquer le virus de l'hépatite C en laboratoire grâce à une astucieuse construction d'une copie ADN du génome ARN viral. Une fois transformée dans des cellules de foie ce génome artificiel a conduit à la synthèse de particules virales actives. Cela va permettre une étude approfondie de ce virus difficile et dangereux par le taux élevé de cirrhose du foie auquel il conduit.
  • 18 février 2005. Le choléra, endémique et mal répertorié dans toutes les régions du monde où la qualité de l'eau et les conditions d'hygiène sont mauvaises a tué au moins 15 personnes dans la région d'Anambra au Nigéria. Sur le front de la grippe du poulet, il apparaît désormais que le virus peut changer de cible et passer du système respiratoire au cerveau, causant des encéphalites (dont le diagnostic est alors très difficile à établir). Après l'avoir testé sur des singes et des souris, les autorités sanitaires du Vietnam se préparent à utiliser sur l'Homme le vaccin qui a servi à vacciner la volaille.
  • 12 février 2005. Une nouvelle forme du VIH, très pathogène, vient d'être découverte chez un patient à New York. Cette souche conduit rapidement aux symptômes du Sida et elle résiste à tous les antiviraux disponibles. Elle va, on l'espère, s'éteindre rapidement, mais cela dépend du comportement antérieur du patient infecté.
  • 8 février 2005. La dengue s'étend tellement en Indonésie que six provinces sont en alerte rouge. Plusieurs foyers importants affectent la Malaisie et Singapour, avec un nombre de cas très supérieur à celui de l'an dernier. La grippe du poulet est désormais présente au Cambodge. Une étude approfondie de l'épidémie de SRAS l'an dernier permet de comprendre mieux l'évolution du virus, et suggère qu'il en existe un réservoir autre que la civette (probablement un animal proie de la civette).
  • 1 février 2005. La dengue fait sa réapparition en force en Asie du Sud Est, mais il est encore trop tôt pour savoir si l'épidémie aura un impact plus grand qu'en 2003. 4 cas ont été diagnostiqués en Arabie Saoudite. Aux Pays Bas une alerte à la tuberculose conduit à tester un quart de la population de la petite ville de Zeist (60 000 habitants).
  • 29 janvier 2005. A Ho Chi Minh Ville une fillette de 13 ans est la onzième victime de la grippe du poulet à mourir au Vietnam en un mois. Ce cas est particulièrement préoccupant car il pourrait représenter le deuxième cas récent de transmission interhumaine. Le choléra se répand dans l'ouest du Kenya où dix personnes en sont mortes ces jours derniers. Les principaux marchés de la région de Busia ont été fermés hier pour enrayer la progression de la maladie.
  • 21 janvier 2005. Des cas de contamination par le HIV au cours de transfusions réapparaissent àTaiwan. Le Vietnam annonce un septième décès dû à la grippe du poulet en trois semaines, alors que la maladie réapparaît dans les élevages en Thailande.
  • 19 janvier 2005. La maladie de Kawasaki, la cause la plus fréquente d'insuffisance cardiaque chez l'enfant dans les pays développés pourraient être causée par un coronavirus (la famille des virus du SRAS). Un nouveau patient vient de mourir au Vietnam de la grippe aviaire alors qu'un homme de 45 ans est atteint par la maladie à Hanoi.
  • 18 janvier 2005. Au Vietnam, un adolescent de 17 ans vient de mourir de ce qui est probablement la grippe après avoir tué un poulet. Le total des décès récents dus à la maladie atteint désormais 36. Une petite équipe de l'ICDDR,B quitte Dhaka aujourd'hui pour rejoindre leurs collègeus de l'Institute de Médecine Tropicale de l'Université de Nagasaki pour aider à évaluer les besoins en santé publique au Sri Lanka à la suite du raz de marée. The Scientist rapporte que pour la première fois chez l'Homme des chercheurs ont découvert un important réarrangement d'un chromosome, dans la région 17q21.31, qui semble impliquer un effet de la sélection naturelle (Nature Genetics, publication en ligne). Ce réarrangement, une inversion d'une région de 900-kilobases, est présente dans deux généalogies, H1 and H2, qui  semblent s'être séparées il y a trois millions d'années. La famille H2 — rare chez les Africains, presque absente dans la population Est Asiatique, mais présente chez près de 20% des Européens — paraît subir une pression sélective positive en Islande, puisque les femmes qui ont cette inversion donnent naissance a 3.2% d'enfant en plus à chaque génération et montrent un taux de recombinaison plus élevé. Les implications de cette découverte sont nombreuses et suscitent déjà un débat passionnant.
  • 15 janvier 2005. L'Union Européenne résume les cas récents de grippe causés par la grippe aviaire. La situation apparaît sporadique, mais visiblement en expansion, avec le virus H5N1, en Asie du Sud-Est. La grippe aviaire vient d'atteindre Hanoi au Vietnam.grippe
  • 14 janvier 2005. Le problème médical le plus sérieux pour le moment au nord de Sumatra n'était pas attendu: plus de 40 cas de tétanos ont été traités, mais ils sont arrivés généralement trop tard et ont déjà causé la mort de plus de vingt personnes.
  • 13 janvier 2005. Une femme de 35 ans de la province du Tra Vinh au sud du Vietnam vient de mourir de la grippe aviaire. C'est la cinquième victime de la maladie dans le pays en deux semaines.
  • 12 janvier 2005. La tuberculose, l'hépatite B, la dysenterie, la gonorrhée et la syphilis ont été les trois premières maladies infectieuses en Chine durant le dernier trimestre. On notera que trois d'entre elles sont sexuellement transmissibles. Par ailleurs il faut remarquer que la tuberculose continue à rester en tête du classement. Vingt sept maladies infectieuses ont a être notifiées aux autorités et plus de 3 millions de personnes en ont été affectées l'an dernier. Jonathan Stoye et se collègues de la Division de Virologie à l'Institut National pour la Recherche Médicale à Londres rapportent que chez certains singes le produit d'un gène interfère avec la réplication du VIH. Ce qui est particulièrement intéressant est que chez la protéine homologue chez l'Homme une seule différence suffit à rendre cette réplication possible. Un troisième cas de la maladie de la vache folle (ESB) vient d'être identifié au Canada. Ce cas est particulièrement significatif, car il a lieu chez un animal né après l'interdiction des additifs alimentaires  dans la nourriture des bovins, ce qui les écarte comme causes de la maladie.
  • 11 january 2005. Quatorze nouveaux cas probables de grippe du poulet (dont plusieurs mortels) sont identifiés au Vietnam alors que la jeune fille récemment infectée meurt de la maladie. Ce niveau élevé de cas humains n'est pas encore suivi de contamination interhumaine, mais il indique un niveau d'alerte très important. Une "zone de protection immunitaire" large de 30 kilomètres a été établie entre le Vietnam et la Province du Yunnan au Sud Ouest de la Chine, pour tenter d'enrayer l'extension de la maladie depuis le Vietnam.
  • 10 janvier 2005. Le Vietnam notifie un noveau cas de grippe aviaire chez une jeune fille de 18 ans. Le nombre de cas humains de la maladie devient préoccupant. Le site de Promed résume les données de sites GeoSentinel qui montrent un nombre croissand de blessures sérieuses infectées à la suite du raz de marée. Comme on s'y attend en raison du milieu aquatique, Aeromonas hydrophila et Pseudomonas sp sont retrvoués dans beaucoup de ces cas. Heureusement les souches rencontrées sont sensibles aux antibiotiques, mais cela suppose l'accès à ces soins.
  • 9 janvier 2005. Réagissant avec une grande célérité l'Institut de Génomique de Pékin (BGI) a envoyé dès le 30 décembre en Thailande une équipe pour l'identification génétique des victimes du raz de marée.
  • 8 janvier 2005. Un foyer de fièvre jaune affecte la région de Faranah en Guinée. L'Afrique de l'Ouest possède un réservoir important de cette maladie propagée par les moustiques, chez un certain nombre de rongeurs. La grippe aviaire s'étend au Vietnam, avec plusieurs cas de contamination humaine et deux décès au cours de ces derniers jours. Loin d'être éradiquée, la poliomyélite est en augmentation au Soudan depuis sa réapparition l'an dernier. Une fillette en a montré les symtômes à son arrivée en Arabie Saoudite avec ses parents. L'OMS rapporte la prèsence endémique de la maladie au Nigeria, en Inde, au Pakistan, au Niger, en Afghanistan et en Egypte. Depuis mi-2003, 13 pays ont connu une importation de la maladie due au poliovirus sauvage qui circule au nord du Nigeria. Dans quatre de ces pays (Burkina Faso, Chad, Côte d'Ivoire et Soudan) la transmission du virus a été spontanément réétablie (c'est à dire que le virus circule continûment depuis plus de six mois).
  • 7 janvier 2005. L'information concernant les épidémies de choléra dans le monde est gravement sous-estimée, parce que les gouvernements locaux devraient notifier l'Organisation Mondiale de la Santé, et ne le font pas par crainte de conséquences négatives sur le commerce (fruits de mer en particulier) et le tourisme. Le Bangladesh et l'Inde sont particulièrement affectés, et c'est très important au moment où il convient de prévoir les conséquences des raz de marée de décembre dans l'Océan Indien. Il est possible, cependant, de lire entre les lignes dans les rapports du Centre International pour la Recherche sur les Maladies Diarrhéiques (connu au Bangladesh comme l'Hôpital du Choléra), Bangladesh (ICDDR,B). Par exemple le résumé des épisodes de Diarrhées en 2004 montre que le choléra en est sans doute la cause majeure, avec deux épidémies qui arrivent deux fois par an, au moment de la saison chaude d'Avril à Juin, et après la mousson en Septembre et Octobre. La bibliographie du Centre est très révélatrice à cet égard: comment des publications peuvent-elles faire référence à des foyers de choléra dans un pays où il n'y a eu aucune notification à l'OMS? Il est extrêmement important, à ce point, que l'information soit diffusée avant que de graves épidémies n'affectent le Sri Lanka, l'Inde, l'Indonesie et le Bangladesh au cours des prochaines semaines.
  • 6 janvier 2005. Au moment où nous devrions constater combien nous sommes impuissants devant les forces de la nature, nous continuons à développer de nouvelles techniques avec une hybris sans limites: des expériences de xénotransplantation entre porcs et babouins viennent d'être réalisées (transplantations cardiaques) au moyen de porcs génétiquement modifiés (publication cette semaine dans Nature Medicine). Alors que nous savons comment le VIH est passé du singe à l'Homme au travers de pratiques de boucherie de viande de brousse, nous devrions  savoir que les mammifères sont remplis de rétrovirus qui, une fois au sein d'un hôte étranger, ne demanderont qu'à se recombiner avec des homologues de l'hôte, pour créer de nouvelles formes qui ont toutes les chances de créer de nouveaux agent infectieux. Oui,  de nouvelles maladies émergentes sont notre futur, et, malheureusemnet, c'est nous qui les auront causées. Une convergence de la chimie, de la microbiologie et de la neurobiology est rapportée dans le dernier numéro de Nature: les antibiotiques de la famille des beta-lactam (l'exemple type en est la pénicilline) ont un effet considérable sur l'expression du transporteur du glutamate, neuromédiateur particulièrement important. Ces antibiotiques sont apparemment efficaces pour retarder les symptômes de la maldies comme la sclérose amyotrophique latérale. Cela souligne à nouveau combien la chance sourit aux esprits préparés, comme le disait Louis Pasteur, et combien des domaines distincts peuvent contribuer à la découverte.
  • 5 janvier 2005. Un enfant de neuf ans est mort de la grippe du poulet au Vietnam (province du Mekong Sud). Pour l'instant, autant qu'on puisse le savoir, il n'y a pas de réelles épidémies à la suite des terribles raz de marée de décembre. Le gouvernement Suédois a cependant rassemblé 200 000 doses de vaccin anti-choléra buvable pour les envoyer en Inde et au Sri Lanka, où il existe des foyers connus de choléra.
  • 2 janvier 2005. L'absence de coordination des secours dans les régions du Sud-Est Asiatique dramatiquement affectées par les raz de marée pourrait favoriser la propagation d'épidémies (choléra et shigellose en particulier). Cela pourrait être particulièrement sensible au nord de Sumatra, où un conflit séparatiste se développe depuis des années, parce que les autorités centrales pourraient en profiter pour tenter de contrôler la situation. On remarque avec intérêt que les Américains ont envoyé des secours militaires dans la région.
  • 30 décembre 2004. Une adolescente de 16 ans du Sud du Vietnam a été infectée par le virus aviaire qui a tué 32 personnes cette année, et se trouve dans un état critique.
  • 29 décembre 2004. Les racines et le rhizome de la plante Curcuma longa sont utilisés en Inde pour faire le curry (curcumin). Ils sont aussi utilisés en médecine, et de nombreuses études ont montré son rôle anticancéreux, cicatrisant, et réparateur des ulcères de l'estomac. Une partie de l'action du curcumin provient de son inhibition des radicaux libres créés par l'oxygène ("Reactive Oxygen Species" ROS) gaz essentiel à notre existence (mais dont on oublie souvent qu'il a été le premier polluant terrestre massif, et qu'il est très toxique en raison de son potentiel oxydant). Une deuxième de ses actions paraît être de moduler l'activité des enzymes qui degradent les protéines (protéases) à l'extérieur des cellules. Plusieurs études ont aussi mis en cause le curcumin dans la prévention de la maladie d'Alzheimer. Il nous faudra cependant des essais cliniques bien contrôlés pour confirmé cet effet, qui serait évidemment d'une importance majeure pour une population mondiale vieillissante. A la suite des énormes raz de marée qui ont affecté presque tout l'Océan Indien et probablement causé plus de 100 000 morts, on craint l'apparition d'épidémies de choléra et autres maladies digestives. Cependant, du moins pour l'instant, aucun foyer anormal de semble être apparu (le choléra est endémique dans la région, comme cela a été remarqué régulièrement au cours des présentes mises à jour).  La grippe du poulet, elle, ne diminue pas (deux nouveaux foyers au Vietnam). Le virus du SRAS, comme tous les virus à ARN, mute très souvent, donnant un génome à la séquence très variable. Chez le HIV, par exemple, ce taux de mutation élevé contribue à l'apparition rapide de mutants du virus résistants aux médicaments. Chez le SRAS-CoV et les virus apparentés, cependant, on a remarqué qu'un segment du génome ARN (appelé l'ARN s2m) ne change pratiquement jamais, suggérant qu'il est essentiel à la vie du virus. Cette observation déclenche toutes sortes de recherches sur la structure correspondante pour voir comment des médicaments pourraient reconnaître la région et empêcher son fonctionnement. Il s'agit là d'une recherche typiquement "amont", fondée sur le pari qu'on pourrait, par cette interférence inhiber l'effet pathogène du virus et sa propagation.
  • 28 décembre 2004. L'invasion par le criquet pélerin reste extrêmement sérieuse au Sud du Maroc et dans une moindre mesure en Afrique de l'Ouest. Des essaims sont arrivés en Mauritanie et au Sénégal, et de petits groupes se constituent au Niger. L'épandage massif d'insecticides cherche à prévenir l'extension de ces essaims.
  • 17 décembre 2004. Bien qu'il soit en principe plus important de manger tous les jours que d'être en bonne santé, nous oublions facilement les épidémies qui affectent nos sources d'approvisionnement en nourriture. Les plantes sont souvent attaquées par des virus, viroïdes, champignons et autres bactéries, et cela cause parfois des catastrophes. C'est ainsi que la poire "passe-crassane" a presque disparu de nos assiettes parce qu'elle a été détruite par l'agent du feu bactérien, Erwinia amylovora. En ce moment même, les plantations d'agrumes dans certaines régions de l'Australie doivent être entièrement arrachées pour tenter d'enrayer une épidémie de chancre bactérien des agrumes, causé par la bactérie Xanthomonas citri, une forme très dangereuse de Xanthomonas campestris (qui est à la fois un pathogène catastrophique et le producteur d'un additif très courant la gomme xanthane).
  • 9 décembre 2004. L'apparition d'une fièvre inexpliquée à Mombasa est prise au sérieux par les autorités de santé, qui pensent qu'il pourrait s'agir d'une résurgence de la fièvre O'nyong nyong, causée par un virus rare, transmis comme le paludisme par les moustique du genre anophèle. Son nom provient d'une expression du nord de l'Ouganda signifiant "très douloureux et affaiblissant". La première épidémie a été identifiée en 1959-1962 dans le nord de l'Ouganda, et elle a touché environ deux millions de personnes au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda. Après une apparente absence pedant 35 ans elle est réapparue en 1996-1997. Aussi, bien qu'elle ne soit pas fatale, cette maladie est préoccupante car on ne connaît pas grand chose de la façon dont elle se répand, ni de son réservoir. Le Sida se répand dans la population générale en Chine, et les autorités de santé ont manifesté leur préoccupation en indiquant que, de 840 000 porteurs en 2003 on pourrait passer à 10 millions d'ici six ans. Le magazine Science, daté du 10 décembre, publie des résultats intéressants sur une nouvelle molécule agisant contre la tuberculose qui interfère avec le métabolisme énergétique des bactéries qui causent la maladie.
  • 8 décembre 2004. Des chercheurs de l'Université de Nouvelles Galles du Sud en Australie on découvert que les furanones isolées de l'algue Delisea pulchra empêchent Vibrio cholérae, la bactérie qui cause le choléra de mettr en œuvre les mécanismes de leur virulence. Les furanones bromylées sont connues depuis quelque temps pour interférer avec les mécanismes qui permettent aux bactéries de savoir combien elles sont dans un environnement donné (ce processus de comptage qui ressemble à celui de la prise de décision par les assemblées générales est nommé "quorum-sensing"pour cette raison) et par conséquent d'interférer avec la formation des biofilms. Ces composés ont déclenché tout un vivier de recherche sur les agents antibactériens agissant sans tuer les bactéries, mais interférant avec leur pouvoir pathogène. C'est ainsi que des polymères ont été synthétisés, contenant des furanones, et dont la surface ne peut pas être colonisée par les bactéries.
  • 5 décembre 2004. Le patient isolé à Nancy avec une infection respiratoire n'est pas infecté par le virus de la grippe du poulet. A Hong Kong un nouveau test rapide pour le diagnostic du virus H5N1 sera annoncé cette semaine.
  • 2 décembre 2004. Un homme de 69 ans vient d'être hospitalisé à Nancy avec les symptômes de la grippe aviaire. C'est parce qu'il reveint juste du Vietnam que les autorités sanitaires ont relevé cette observation.
  • 1 décembre 2004. La Sclérose Amyotrophique Latérale (SAL ou maladie de Lou Gehring) est une maladie neurodégénérative qui frappe 5 personnes sur 100 000. Des Chercheurs de l'Institut interuniversitaire de biotechnologie de Flandre, sous la direction de Peter Carmeliet (Université catholique de Leuven/Louvain), ont montré que l'administration du facteur de croissance endothélial (VEGF) protège des rats afffectés par une forme sévère de SAL, et leur permet de vivre plus longtemps. Il ne s'agit pas encore de guérison mais cela donne l'espoir de comprendre le processus pathogène et de guérir à terme cette terrible maladie. Par ailleurs cette découverte fournit un nouveau lien entre le système nerveux et le système circulatoire.
  • 29 novembre 2004. The Journal of Virology rapporte qu'un vaccin candidat contre le SRAS préparé par des chercheurs Canadiens (il s'agit d'une tentative parmi beaucoup d'autres) a déclenché une atteinte inflammatoire sévère du foie de furets vaccinés. Ce vaccin produisait la protéine "spike" du virus, reconnue comme la cible la plus évidente pour empêcher l'adsorption du virus à la surface de ses cellules hôtes. Cependant aucun effet négatif, du moins jusqu'à présent, n'a été trouvé au cours de l'expérience de vaccination menée en Chine, avec un autre type d'approche.
  • 25 novembre 2004. L'effet du réchauffement global sur les maladie commence à se manifester. La dengue est sur le point de devenir endémique au sud de Taiwan. Plusieurs centaines de cas y ont été trouvés, doublant les chiffres de l'an dernier. Si le virus passe l'hiver, la maladie sera devenue pérenne.
  • 24 november 2004. Oublions pour un temps l'épidémie de grippe du poulet (de nouveaux foyers sont apparus en Malaysie), pour nous tourner vers de remarquables découvertes qui pourraient avoir d'énormes conséquences dans le domaine du cancer, et dans la recherche sur le cerveau. Des chercheurs Japonais de l'Université de Tokyo ont découvert une protéine codée par une région du chromosome 21 importante pour son implication dans la trisomie 21, qui interfère avec le développement des vaisseaux sanguins (essentiels pour la croissance mais aussi pour le développement cérébral). Un autre travail, dérivé des études de Marc Tessier-Lavigne au Howard Hughes Medical Institute de l'Université Stanford (Tessier-Lavigne est maintenant à Genentech) a montré que le guidage des vaisseaux au travers des tissus est contrôlé par exactement le même processus que celui qui contrôle le guidage des axones des neurones via un mécanisme "repulsif".
  • 22 novembre 2004. A l'approche de l'hiver dans l'hémisphère Nord les pneumopathies resurgissent. A Hong Kong l'apparition de plusieurs cas dans un petit hôpital a fait réapparaître le spectre du SRAS: ce n'était heureusement qu'une fausse alerte due à une maladie pseudo-grippale causée par un paramyxovirus. Dans ce contexte la Chine commence à produire dans la province du Henan de larges quantités d'un kit diagnostic pour identifier rapidement les cas de SRAS. Un cas d'encépalite Japonaise (transmise par des moustiques du genre Culex) dans cette même ville a conduit les autorités à s'interroger sur la nécessité de vacciner les porcs, qui peuvent être des hôtes intermédiaires. Le choléra continue à se développer en plusieurs endroits de l'Afrique sub-saharienne.
  • 14 novembre 2004. Plusieurs foyers épidémiques de choléra parcourent l'Afrique aussi bien à l'Est qu'à l'Ouest, et plus de 50 personnes en sont mortes au Nigeria, ou plusieurs centaines sont dans un état critique. Plusieurs cas de dengue sont confirmés à Macao. Un Laboratoire de Référence National sur les Maladies Infectieuses Emergentes va être créé à l'Université de Hong. Le Professeur Kwok-yung Yuen et le Docteur Guan Yi, en prendront la direction. Ce laboratoire sera le seul laboratoire de référence de ce type en dehors de la Chine Continentale, et le seul en charge des Maladies Infectieuses Emergentes. En tant que laboratoires clefs des ressources Chinoises en matière d'innovation en science et technologie, ces Laboratories de Référence doivent mettre l'accent sur la recherche fondamentale, qui sera suivie par le développement d'applications de cette recherche de base, en recrutant et donnant des moyens de travail considérables à des chercheurs de renom, tout en permettant des échanges fructueux avec l'extérieur. Ce nouveau laboratoire abritera le tout nouveau laboratoire P3 ainsi que le Centre de Virologie, Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire.
  • 10 novembre 2004. Alors que rien de vraiment neuf n'est arrivé sur le front de la grippe aviaire (près de 150 tigres en sont morts, ou ont été abattus à cause de la maladie en Thailande), de nombreuses discussions autour de l'OMS préparent le monde à affronter une pandémie due au virus H5N1. Des chercheurs du Queensland Institute of Medical Research, en Australie, ont analysé les effets des inhibiteurs de protéase habituellement utilisés contre le VIH sur une lignée résistante de Plasmodium falciparum, l'agent du paludisme. Certains n'avaient aucun effet, mais plusieurs de ces inhibiteurs ont bloqué la croissance du parasite in vitro à des niveaux qui sont habituellement atteints dans le sang des patients. Il sera bien sûr nécessaire d'obtenir des résultats in vivo avant de tirer des conclusions, mais cela pourrait devenir une bonne nouvelle pour l'Afrique où à la fois le Sida et le paludisme sont endémiques, à un niveau très élevé.
  • 2 novembre 2004. Plus de 400 personnes ont été atteintes par le choléra au Sénégal. Un héron est mort, probablement infecté par la grippe H5N1 (non encore confirmé) à la frontière entre Hong Kong et Shenzhen.
  • 31 octobre 2004. L'Organisation Mondiale de la Santé met l'accent sur le rôle des canards domestiques dans la propagation de la grippe aviaire, improprement appelée "grippe du poulet". Cette observation est conforme à la remarque que nous avons souvent rappelée que la grippe est une maladie du canard.
  • 28 octobre 2004. Le choléra is se répand dans le camp de Pabbo en Ouganda, et l'épidémie continue à Dakar (Sénégal).
  • 26 octobre 2004. Le Sénégal est affecté par le choléra, dans la première épidémie depuis huit ans. Cet épisode est probablement lié à l'épidémie qui sévit depuis quatre moins dans la région (Guinée et Sierra Leone en particulier).
  • 25 octobre 2004. La grippe H3N2 de cette année est en passe de se développer sous une forme différente de celle de l'année dernière (A/Fujian) à partir d'un foyer présent en Nouvelle Zélande (A/Wellington), mais déjà transmise en Norvège. Cela rendrait la vaccination actuelle en partie inefficace. Les réactions disproportionnées sont très nombreuses dans le cas des épidémies, et il nous faut tenter d'en faire le tri. A ce stade il est essentiel de nous souvenir que la ligne rouge sera dépassée au moment où seront confirmés des cas de transmission interhumaine de la grippe aviaire. Il nous faut pourtant souligner deux faits. D'abord, la contamination de l'animal à l'Homme de n'importe quelle maladie doit être prise au sérieux. En effet, on observe souvent dans ce cas que l'agent  pathogène est particulièrement virulent dans un premier temps. Hélas cet aspect n'est généralement pas bien compris. Ensuite, il est important comme nous l'avons remarqué à de nombreuses reprises dans le cas de la grippe du poulet, de surveiller les animaux sentinelles, comme les rapaces parce qu'ils se trouvent à la fin de la chaîne alimentaire.  Dans ce contexte le fait que deux aigles importés illégalement de Thailande la semaine dernière en Belgique aient été infectés par le virus de la grippe aviaire a déclenché une forte réaction. Malheureusement ce type de contrebande fait partie d'un énorme trafic qui devrait être pris réellement au sérieux parmi les divers types de trafics illégaux, tous associés à d'importants transferts de fonds, avec toutes sortes de conséquences nuisibles, y compris dans le domaine du terrorisme.
  • 21 octobre 2004. Depuis notre dernière mise au point le nombre de cas de dengue au Vietnam a continué à croître, atteignant presque 60 000 personnes cette année (87 décès). Toutes sortes de moyens sont utilisés pour tenter de contrôler la population des moustiques (y compris la lutte biologique utilisant de petits crustacés dans les réservoirs d'eau) mais leur succès reste pour l'instant limité.
  • 20 octobre 2004. Sept nouveaux tigres sont morts du virus H5N1 au Sri Racha Tiger Zoo, 80 kilomètres à l'est de Bangkok. Les authorités sanitaires ont par ailleurs décidé d'euthanasier avec du cyanure de potassium 40 tigres montrant les symptomes de la maladie, parmi les 400 qui vivent dans le zoo. Bien que cette épidémie confirme que le virus peut s'adapter de l'oiseau à l'Homme (les tigres se sont contaminés en mangeant des poulets infectés), la distance entre le tigre et l'Homme est telle que cela n'indique probablement pas que le virus est en train d'évoluer vers une forme particulièrement dangereuse pour notre espèce.
  • 19 octobre 2004. Le CERN a cinquante ans aujourd'hui. Cette institution de 6500 personnes est à l'origine de la révolution de la Toile, par son invention de l'Hypertext Markup Language qui a conduit au succès de l'Internet. Cela démontre à nouveau que les retombées de la recherche purement académique ont des conséquences immenses, et imprévisibles. Dans le domaine de la santé, des idées un peu farfelues peuvent conduire à d'importantes découvertes: des éthologistes ont par exemple pensé à regarder comment se comportent les singes quand ils sont malades. Et ils ont découvert que les plantes mangées à cette occasion peuvent les guérir de maladies comme le paludisme. L'auto-médication animale est une voie intéressante à explorer. L'épidémie de grippe du poulet qui a tué au moins 31 personnes en Asie du Sud-Est cette année, vient de tuer 23 tigres dans un zoo de l'est de la Thailande. Un homme de 89 ans vient de mourir du choléra à Singapour. C'est le neuvième cas relevé en moins d'une semaine.
  • 18 octobre 2004. Trente cas de dengue et 18 cas probables ont été identifiés depuis septembre dans la Province du Fujian à l'Est de la Chine. En 1999, cette fièvre hémorrhagique s'est déjà répandue dans plusieurs villes de la province, et quelques cas ont été découverts en 2000. Cela montre que la maladie va probablement persister, en particulier si le réchauffement global tend à affecter les provinces chinoises situées au nord du tropique, où la maladie est endémique. Une tentative pour créer un vaccin contre la grippe du poulet en Australie s'est soldée par un échec, et n'a pas permis de protéger la volaille de façon significative.
  • 16 octobre 2004. La Troisième Réunion Commune des Hauts Responsables de Chine Continentale, Hong Kong et Macao a réuni un consensus sur les mesures nécessaires pour prévenir la grippe aviaire et le SRAS (y compris l'organisation de quarantaines), au moment où le retour de la fraîcheur pourrait faire réapparaître ces maladies. La Thailande, et probablement le Vietnam, subissent toujours des épisodes de grippe du poulet. Dans le nord de l'Ouganda le choléra est réapparu dans le camp de réfugiés de Pabbo.
  • 15 octobre 2004. Les résultats d'un essai clinique de phase II, coordonné par le Professeur Pedro Alonso de l'Université de Barcelone et impliquant plus de 2 000 enfants au Mozambique, ont montré qu'un vaccin candidat contre le paludisme a protégé 30 pour cent des enfants contre la maladie pendant au moins six mois. Ce message d'espoir publié par The Lancet doit cependant être pris avec précaution. Il reste un très long chemin jusqu'à l'obtention d'un vaccin (peut-être impossible), parce que les parasites ont créé toutes sortes de façons d'échapper aux défenses immunitaires de leur hôte, si bien qu'il nous faudrait une réponse positive sur un temps beacucoup plus long pour être certains que nous sommes sur la bonne voie.
  • 7 octobre 2004. Une équipe de chercheurs américains et japonais rapporte aujourd'hui dans Nature qu'ils ont réussi à reconstruire les composants de la pandémie de grippe de 1918-1919 dans une tentative destinée à comprendre l'extrême virulence du virus (HspNsp). Ces expériences sont intéressantes et importantes mais il faut s'interroger sur un possible usage mal intentionné de l'approche correspondante.
  • 6 octobre 2004. Les chercheurs ne sont pas à court d'imagination. On a depuis quelque temps utilisé des rats géants (Cricetomys gambianus) en Afrique pour identifier, par l'odeur, les mines. Et devant un certain succès de cette approche (ces rats s'apprivoisent très bien) on en est venu à se demander s'ils ne pourraient pas renifler la présence de ... la tuberculose. Identifier ainsi les foyers de la maladie pourrait aider à la contrôler plus rapidement. La banque mondiale finance l'étude en Tanzanie.
  • 4 octobre 2004. La grippe du poulet refait surface en Indonésie, et fait une onzième victime en Thailande. Il est probable qu'un chien a lui aussi été atteint par la maladie, confirmant que le virus tend à s'adapter de mieux en mieux aux mammifères. Le virus du Nil Occidental (West Nile) continue à s'étendre. Après avoir atteint l'Amérique du Nord en 1999, il vient de toucher la lointaine Hawai. Personne ne sait comment le virus a effectué un aussi long parcours à travers le Pacifique, mais il est bien possible que des moustiques contaminés aient été transpotés par voie aérienne. Près de 1800 personnes (46 morts) ont été infectées par cette maladie cette année aux Etats Unis.
  • Retour...
    Début...
  • 28 septembre 2004. Les autorités thailandaises s'inquiètent de la mort d'une patiente, apparemment décédée de la grippe du poulet, qu'elle aurait contractée à partir de l'infection de sa fille (elle même décédée, mais dont le diagnostic de la maladie n'a pas été établi avec certitude). La sœur de cette jeune femme a elle aussi été infectée, mais fort heureusement elle est en voie de guérison. Si ces cas se confirment il représentent les premiers exemples de transmission humaine de cette nouvelle grippe. Nous serions alors au seuil d'une très grave épidémie. Cependant la situation rappelle celle de 1997 à Hong Kong où un certain niveau de transmission interhumaine a été observé, sans que la maladie ne se propage plus avant.
  • OMS: réponse à la pandémie de grippe
    Phase 0   Période interpandémies
    Phase 0 Niveau 1 Nouveaux cas de grippe chez l'Homme
    Phase 0 Niveau 2 Cas confirmés chez une personne ou plus
    Phase 0 Niveau 3 transmission interhumaine confirmée
    Phase 1   Confirmation du début de la pandémie
    Phase 2   Epidémie régionale ou multirégionale
    Phase 3   Fin de la première vague de pandémie
    Phase 4   Seconde vague ou développement ultérieur de la pandémie
    Phase 5   Fin de la pandémie
  • 25 septembre 2004. Les conflits armés conduisent à la résurgence d'épidémies endiguées. On observe ainsi une grave épidémie d'hépatite dans le Darfour au Soudan, et l'hépatite E tue les femmes enceintes et leurs bébés en Irak. L'Organisation Mondiale de la Santé indique qu'elle soupçonne que la grippe aviaire est passée d'homme à homme dans le Nord de la Thailande, constituant le premier cas de transmission de ce genre pour la grippe due au virus H5N1.
  • 9 septembre 2004. La grippe aviaire est désormais clairement endémique en Asie Orientale. Un bébé vient d'en mourir à Hanoi, alors que plusieurs pays de la région constatent la réapparition de la maladie. Un éleveur de coqs de combat est mort de la maladie qui venait de contaminer ses animaux.
  • 3 septembre 2004. Encore la grippe du poulet: la saga continue (et nous nous demandons s'il est bien raisonnable de continuer à rapporter des faits qui ont lieu presque quotidiennement). Au début de cette année nous avions rapporté que dans un zoo thailandais une panthère avait été infectée après avoir mangé un poulet malade. Aujourd'hui des chercheurs montrent la même chose avec des chats, et, pire, ils ont trouvé que la maladie se transmet entre chats. Cela démontre que nous sommes proches d'avoir une infection humaine généralisée. La recherche dans ce domaine devrait être encouragée, non tellement pour guérir la maladie, mais pour éviter qu'elle ne soit mortelle, avant que nous disposions d'un vaccin (ce qui devrait demander environ trois mois, rappelons-le). L'épidémie de choléra qui sévit au Tchad a déjà tué plus de 120 personnes et en a affecté plus de 3000 depuis le début de la saison des pluies. Elle continue en Sierra Leone.
 
Antoine Danchin