lamarck
Il me paraît que le calorique et la matière électrique suffisent parfaitement pour composer ensemble cette cause essentielle de la vie ; l'un en mettant les parties et les fluides intérieurs dans un état propre à son existence, et l'autre en provoquant, par ses mouvemens dans les corps, les différentes excitations qui font exécuter les actes organiques et qui constituent l'activité de la vie.

Philosophie zoologique
Jean-Baptiste de Lamarck


Table des Matières

Transformisme et chimie biologique 1800-1849

Copyright: Antoine Danchin & Mentions légales.

Ces pages représentent un choix biaisé de dates concernant la biologie, obtenu en compilant de nombreuses sources, souvent en utilisant des textes originaux et non le WWW ; l'information retenue évite autant que possible l'usage de Wikipédia qui, par construction, résulte d'un processus analogue à un vote anonyme, et évolue dans le temps pour reflèter un consensus moyen de la connaissance plutôt que la réalité du savoir. Nous avons pris soin de vérifier le plus possible l'information et de la réécrire au besoin, mais son contenu recèle encore de nombreuses erreurs.

Ces pages cherchent à tirer l'information qu'elle présentent de sources aussi sûres que possible, à savoir livres, publications scientifiques, commentaires de spécialistes et catalogues raisonnés de ventes de livres anciens. L'idéal aurait été d'associer à chaque information une série de références, mais comme ce texte ne prétend pas autre chose que donner des repères, l'alourdissement correspondant ne nous a pas paru possible pour l'instant. Nous l'avons fait cependant dans quelques cas, comme par exemple pour La Biologie Synthétique de Stéphane Leduc. Les liens présents dans cette page diffèrent de ceux qu'on trouve dans la page correspondante en anglais ; ils sont choisis pour être aussi diversifiés que possible, ils ne sauraient engager la responsabilité de l'auteur. Nous essayons aussi de donner accès aux textes originaux par des liens hypertextes appropriés. Il faut tenir compte du fait que la permanence de liens sur le WWW n'est jamais assurée, et qu'ils disparaissent régulièrement. Nous essayons de les actualiser régulièrement. Nous remercions vivement tous ceux qui nous aident à améliorer le contenu de ces pages.

Note that the links in French and in English may differ. Notez que les liens en Français et en Anglais sont souvent différents.

Le cas échéant, envoyez vos commentaires et corrections ici.

ca 1800 Dans ses conférences, Karl Friedrich Kielmayer (1765 - 1844), professeur de Cuvier à Stuttgart, et qui n'a jamais permis la publication d'aucune de ses œuvres met l'accent sur l'étude comparative des organes.

1800 Alessandro Volta (Como 1745 - Pavia 1827) invente la pile humide qui porte bien son nom "pila". Il est fait "Comte" par Napoléon pour cette invention, un an plus tard..

1800-1804 Nicolas Thomas Baudin (Île de Ré, France, 1754 - Île Maurice, 1803) commande une expédition scientifique française, à visée stratégique et économique pour la Nouvelle-Hollande (Terra Australis: l'Australie) associant la corvette Galatée, rebaptisée Le Géographe et le cargo Ménacarte, beaucoup plus lent, rebaptisé Le Naturaliste. Plus d'une douzaine de savants se trouvent à bord au moment de quitter la France, mais plusieurs chercheurs et une partie de l'équipage désertent au premier arrêt à l'Île-de-France (Île Maurice). Après avoir exploré l'ouest de la Terra Australis pendant l'hiver 1801, l'expédition va au nord visiter le Timor, puis vers le sud explorer la Tasmanie. En raison de leur grande différence de vitesse les navires se séparent. Le Géographe rejoint le navire explorateur anglais Investigator, commandé par Matthew Flinders et durant l'hiver 1802 atteint la colonie pénale anglaise de Port Jackson. Le Naturaliste est renvoyé en France en Novembre 1802 avec toutes les collections rassemblées jusque là. Par la suite, Le Géographe continue avec le Casuarina, construit sur place, le long de la côte sud australienne, pour atteindre King George Sound en février 1803 et le Timor en mai, où le dernier botaniste resté à bord séjourne jusqu'en 1807 pour cause de maladie. En septembre 1803 Baudin meurt à l'Île de France et le Casuarina y est abandonné. En mars 1804 Le Géographe arrive en France avec les collections faites après que Le Naturaliste eut quitté L'Australie.

1801 (An IX de la République) Antoine Destutt de Tracy (Paris, 1754 - Paris, 1836) invente le mot et le concept d'idéologie (du grec εἶδος, forme d'une chose dans l'esprit, et λόγος, loi, raison) destiné à rendre compte de la science des idées dans son ouvrage Projets d'éléments d'idéologie à l'usage des Écoles Centrales de la République Française. Le sens du terme a évolué vers un sens négatif à l'époque de Napoléon.

1801 Lamarck utilise le terme "biologie" (du Grec βίος, vie, et λόγος, loi physique, raison) pour désigner l'étude des organismes vivants dans son Hydrogéologie. Il est parmi les derniers savants à se représenter la vie dans le paradigme de la physique pré-atomique. C'est ce qui explique une grande partie des malentendus au sujet de sa façon de voir l'évolution.

1801 Napoléon fait face à la rebellion de François Dominique Toussaint Louverture (Bréda ca 1743 - Fort de Joux 1803) dans les Caraïbes, et 27,000 soldats du Général Charles LeClerc meurent de la Fièvre Jaune. Cela entraîne la vente de la Louisiane aux États-Unis d'Amérique.

1801 Marie François-Xavier Bichat (Thoirette 1771 - Lyon 1802) publie son Traité d'anatomie descriptive. Malgré son jeune âge, il introduit un nouveau système dans la science de l'anatomie. Supposant que la véritable essence de la vie est inaccessible, il affirme qu'on doit l'étudier à travers les phénomènes qu'elle manifeste, que ce soit le normal ou le pathologique. Il insiste sur l'importance de la structure, dont il fait une pierre angulaire de la biologie. Il distingue vingt et un types de tissus : le tissu cellulaire (tissu conjonctif), le tissu nerveux, artériel, veineux, le tissu responsable des échanges gazeux, le tissu absorbant, le tissu osseux, le tissu médullaire (dans les os), les tissus cartilagineux, fibreux, fibro-cartilagineux, musculaire chez les animaux, les muscles organiques, muqueuse, le tissu séreux, les tissus synovial, glandulaire, dermoïde, épidermoïde et enfin capillaire. Bichat fait des expériences pour établir la distinction entre la sensibilité organique (recevoir une impression) et la sensibilité des animaux (qui en plus donne l'impression d'un centre commun de perception).

1801 Jean-Antoine Claude Chaptal (Nogaret, Lozère, 1756 - Paris, 1832) après avoir amélioré la production de sucre par la betterave, publie l'Art de faire, de gouverner, et de perfectionner les vins, où il invente le processus aujourd'hui nommé "chaptalisation" destiné à améliorer le degré alcoolique du vin par addition de sucre.

1801-1814 Leopoldo Marco Antonio Caldani (Bologna, 1725 - Padova, 1813) et son neveu Floriano Caldani publient un monumental ouvrage de référence et illustré sur l'anatomie humaine, Icones anatomicae quotquot sunt celebriores ex Optimis neotericorum operibus summa Diligentia depromptae et collectae; Iconum anatomicarum explicatio.

1802 Lamarck, après avoir commencé sa carrière très tard, à l'âge de cinquante ans, avec sa nomination par la Convention Nationale de la Révolution Française au Jardin des Plantes en tant que zoologiste spécialiste des invertébrés (bien qu'il ait été principalement intéressé par les plantes) élabore une théorie de l'évolution fondée sur la modification héréditaire de organes. Il postule que la cause de cette transformation est leur utilisation continue ou la perte de leur fonction dans un environnement particulier, et publie ses vues dans ses Recherches sur l'organisation des corps vivants ET PARTICULIÈREMENT Sur l'origine, sur la cause de ses développmens et des progrès de sa composition, et sur celle qui, tendant continuellement à la détruire dans chaque individu, amène nécessairement sa mort; Précédé du Discours d'ouverture du cours de Zoologie, donné dans le muséum national d'Histoire Naturelle, l'an X de la république. Fondant sa théorie sur l'analyse de la progression de la structure des organes chez les différentes espèces, il déclare (à la suite de Vicq d'Azyr) qu'il est important de considérer non pas les individus, mais les classes d'individus et affirme que ce n'est pas les organes qui ont donné lieu aux habitudes des animaux, mais les habitudes et les mœurs de la vie qui ont façonné les formes du corps (d'où des variations visibles dans les populations et les variations progressives de différentes espèces). C'est bien sûr exactement le contraire de ce qui pourrait être trouvé dans les théories atomistes antiques (par exemple dans le De Natura Rerum de Lucrèce), ainsi que dans le travail d'Empédocle. Le principe actif de la modification est le «Feu Éthéré» qui donne lieu à un «orgasme vital», un état de tension, un «tonus», qui maintient toutes les parties du corps une forme mobile donnée. Ce feu est transmis au moment de la fertilisation depuis le produit sexuel masculin vers l'embryon. Ce feu existe partout dans la nature, et est donc la cause de la génération spontanée de la vie... Cela montre que la pensée de Lamarck est profondément imprégnée par la théorie des quatre éléments, sans être encore influencée par le renouveau de la théorie atomiste, née avec la nouvelle chimie de Lavoisier.

1802 Gottfried Reinhold Treviranus (Bremen 1776 - 1837) commence à publier son traité
Biologie; oder die Philosophie der lebenden Natur, où il présente des thèses proches de celles de Lamarck. Treviranus introduit en Allemagne la notion de biologie en tant que discipline distincte et a été l'un des premiers à exprimer l'idée que la cellule est l'unité structurelle de la matière vivante.

1802 Pierre Jean Georges Cabanis (Cosnac 1757 - Rueil-Malmaison 1808) insiste de façon répétée (Rapports du physique et du moral de l'Homme), comme le firent Locke et Condillac, sur le fait que les idées sont fondées sur les impressions créées par les sens.

1802 Bichat meurt d'une fièvre maligne au moment de la publication de son Traité des membranes.

1802 Thomas Young (Milverton 1773 - London 1829) invente une théorie trichromatique de la vision des couleurs, fondée sur trois substances réceptrices séparées au sein de la rétine.

1802 Charles François Brisseau de Mirbel (Paris, 1776 - Champerret, 1854) professeur de Botanique au Jardin des Plantes à Paris, conclut dans son Traité d'Anatomie que ses observations microscopiques montrent que la plante est entièrement formée d'un tissu continu membraneux cellulaire.

1802-1822 En parallèle avec Lamarck, l'ouvrage monumental de Gottfried Reinhold Treviranus (1776-1837) Biologie oder Philosophie de Lebended Natur, répand le mot biologie. Treviranus introduit la notion de la biologie comme discipline distincte en Allemagne. Il est aussi l'un des premiers à exprimer l'idée que la cellule est l'unité structurale de la matière vivante.

1803 Claude Louis Berthollet (Talloires 1748 - Arcueil 1822) publie son Essai de statique chimique. Avec Antoine François de Fourcroy (Paris, 1755 - 1809) et Guyton de Morveau (Dijon 1737 - Paris 1816), il avait suivi les leçons de Lavoisier, et avait amélioré la technique de la teinture. Il établit la composition de l'acide prussique (acide cyanhydrique) et de l'hydrogène sulfuré. Il découvre l'hypochlorite de sodium et le chlorate de potassium.

1803 La découverte de l'iridium (nommé d'après Iris, déesse de l'arc-en-ciel, en raison de la couleur bigarrée de ses sels) et de l'osmium (du mot grec pour «odeur», en raison de l'odeur de chlore de son oxyde volatil), utilisé plus tard pour la microscopie électronique est revendiquée par le chimiste anglais Smithson Tennant (1761-1815). Les chimistes Français Hippolyte-Victor Collet-Descotils (Caen, 1773 - 1815), Fourcroy, et Nicolas Louis Vauquelin (Saint-André-d’Hébertot 1763 - 1829) identifient ces même métaux au même moment.

1804 Nicolas Théodore de Saussure (Genève 1767 - 1845) publie dans ses Recherches chimiques sur la végétation, des expériences qui représentent la première analyse du thème de la photosynthèse, au moyen de méthodes quantitatives et d'une terminologie chimique moderne. Il y développe la première équation équilibrée pour rendre comte du processus.

1804 A partir du travail de Proust, John Dalton (Manchester 1766 -1844) énonce sa théorie atomique (d'où le nom actuel de l'unité de masse, le dalton (Da), masse de l'atome d'hydrogène).

1804 Giovanni Aldini (Bologna, 1762 - Milano; 1834) dédie à Bonaparte son Essai théorique et expérimental sur le galvanisme, avec une série d'expériences faites en présence des commissaires de l'Institut National de France, et en divers théâtres anatomiques de Londres. Ce travail porte sur des expériences sur un homme pendu à Londres, et à Calais sur des travaux démontrant le galvanisme à travers la mer. Les effets du galvanisme sur l'organisme animal, la vitesse de l'électricité à travers l'eau, les poissons et la conductivité électrique des flammes y sont explorés.

1805 Père de la médecine préventive, Parmentier impose la vaccination aux soldats de Napoléon.

1805 Friedrich Wilhelm Adam Serturner (1784-1841) isole de l'opium une substance qu'il nomme morphine (de Morphée, le Dieu Grec du sommeil).

1805 Georges Cuvier publie la dernière de ses Leçons sur l'Anatomie Comparée, qui, bien que fort influencée par ses prédécesseurs — Daubenton et surtout Vicq d'Azyr — crée véritablement ce sujet. Dans ce travail, il reconnaît l'importance de la nouvelle chimie et énumère les atomes du corps: carbone, hydrogène, oxygène et azote, en soulignant l'importance majeure de ce dernier chez les animaux par rapport aux plantes. La corrélation entre les organes distincts dans le même corps, que Vicq d'Azyr avait déjà décrite dans ses caractéristiques principales, est étudiée en détail par Cuvier, et représente le fondement même de sa conception de l'anatomie.

1805 L'Essai d'une Classification Naturelle des Reptiles d'Alexandre Brongniart (Paris 1770-1847), commencé en 1800, et qui fournit une nouvelle façon de classer ces animaux, n'est pas publié dans son intégralité avant 1803. Il apparaît dans le volume des Mémoires presentés à l'Institut par divers Savans de 1805.

1805 Ludolf Christian Treviranus (1779-1864) propose que les spermatozoïdes jouent un rôle analogue à celui du pollen des plantes.

1806 Jean-Nicolas de Corvisart des Marets (1755-1821) traduit le travail de von Augenbrugg sur la percussion thoracique et établit des principes généraux de la cardiologie (Essais sur les maladies du coeur et des gros vaisseaux).

1806 Vauquelin and Pierre Jean Robiquet (1780 - 1840) isolent le premier amino-acide aminé, l'asparagine, des asperges.

1806-1808 Jöns Jacob Berzelius (Väversunda 1779 - Stockholm 1848), connu comme l'un des créateurs de la chimie, expose dans ses conférences sur la chimie des animaux que la vie ne réside pas dans une essence étrangère qui serait implantée dans un corps organique ou vivant, mais doit être recherchée dans les forces fondamentales communes aux éléments primordiaux, créant ainsi la chimie biologique.

1807 Isaac Bénédict Prévost (Genève, 1755 – 1819) montre qu'un organisme vivant est responsable de la carie du blé et que les sels de cuivre peuvent empêcher la maladie.

1807 François Péron (Cerilly, 1775 - 1810) et Charles-Alexandre LeSueur (Le Havre, 1778 - Le Havre, 1846) qui s'étaient joints à l'expédition de Baudin pour la Nouvelle Hollande pour y effectuer des travaux dans des domaines aussi divers que l'anatomie, l'anthropologie, la botanique, la zoologie, la météorologie, l'océanographie et l'hygiène navale publient le premier volume du Voyage de découvertes aux Terres Australes. Ensemble ils réunissent plus de 100,000 specimens zoologiques (y compris de nombreuses espèces vivantes).

1807 Jean Baptiste Joseph Fourier (Auxerre 1768 - Paris 1830), reçu en 1794 à l'École Normale (ouverte en Janvier 1795 à Paris) avait suivi les cours de Lagrange, Laplace et Monge. Parti pour l'Égypte avec Napoléon, Fourier contribue à fonder l'Institut du Caire. En 1807, il soumet un mémoire sur le refroidissement de solides infinis et du rayonnement de la chaleur terrestre, plus tard utilisé par Lord Kelvin pour calculer l'âge de la Terre.

1808 Dans son Exposition et défense de ma théorie végétale Mirbel montre que les plantes sont constitués de cellules, dont toutes les parties sont en continuité et forment une seul et même tissu membranaire. Il affirme que la nature cellulaire est à la base de toutes les structures dans le règne végétal, antériorisant ainsi la théorie cellulaire sur le point de naître.

1808 Franz Joseph Gall (Baden 1758 - Paris 1828) dans ses Recherches sur le Système nerveux publie le premier ouvrage sur la science de la forme du crâne (cranioscopie, connu plus tard sous le nom de phrénologie).

1809 Reil utilise de l'alcool pour préserver le cerveau en le durcissant.

1809 Lamarck étudie la structure microscopique des plantes et des animaux. Il remarque qu'on sait depuis longtemps que les membranes qui forment les enveloppes du cerveau, des nerfs, des vaisseaux, de toutes sortes de glandes, des viscères, des muscles et de leurs fibres, et même la peau du corps sont en général produits par le tissu cellulaire. Mais personne, pour autant que je le sache, n'avait avant lui perçu que le tissu cellulaire est la matrice générale de toute organisation et que, sans ce tissu nul corps vivant ne serait en mesure d'exister, ni être formé. Dans sa Philosophie zoologique Lamarck examine le système des animaux et met l'accent sur l'unité fondamentale de la vie et la capacité des espèces à varier ; l'influence de l'environnement vient des tensions qu'il crée (ce qu'on rassemble aujourd'hui sous le terme générique de stress). Lamarck établit un système de classification des invertébrés, où il distingue Infusoires et Polypes, et Cirripèdes et Mollusques, créant dix classes d'invertébrés, dont la plupart sont encore conservées aujourd'hui : Infusoires, Polypes, Radiaires, Vers, Insectes, Arachnides, Crustacés, Annélides, Cirripèdes et Mollusques.

1809 Appert, chef cuisinier français, achève ses expériences où il décrit un procédé de conservation des aliments par la chaleur en milieu fermé.

1809 Lorenz (Okenfuss) Oken (1779 - 1851) publie sa Naturphilosophie, où il étend la description romantique de la vie. Ses théories sont réservés à une élite et censées être inaccessibles pour la majorité (ce n'est pas sans rappeler de Pythagore). Oken crée la revue Isis et fonde la théosophie qui devient un centre de la vie "scientifique" en Allemagne.

1809 Luigi Rolando (Torino, 1773 - 1831) travaille sur le cerveau des oiseaux et utilise le courant "galvanique" pour stimuler le cortex.

1810 William Hyde Wollaston (East Dereham 1766 - London 1828) connu pour sa découverte du rhodium et du palladium, isole le second acide aminé, la cystine, à partir d'un calcul biliaire.

1810 Christian Friedrich Samuel Hahnemann (Meissen, Germany, 1855 - Paris, 1843) publie son livre Organon der Heilkunst (Organon de l'art de guérir) qui devait avoir une influence commerciale et sociologique considérable via la création de tout un champ de pratiques paramédicales. Fondant sa réflexion sur une vue pré-scientifique de la guérison : «similia similibus curantur» ("loi" analogique des similitudes: le semblable est guéri par le semblable), Hahnemann crée l'homéopathie (du grec ὁμοιος, même et πάθος, souffrance). Il est intéressant de noter que cette approche typiquement pré-atomiste s'est propagée dans le monde entier en dépit de sa contradiction avec les concepts et les observations de la physique et de la chimie (existence des atomes). C'est que, en dépit de conclusions négatives tirées très tôt, cette approche est à la fois inoffensive en tant que telle (elle peut être dangereuse parce qu'elle implique la non assistance à personne en danger, dans le cas où existe un traitement efficace) et très lucrative.

1810 Joseph Louis Gay-Lussac (Saint Léonard de Noblat 1778 - Paris 1850) déduit de ses expériences l'équation de la fermentation alcoolique C6H12O6 --> 2 C2H5OH + 2 CO2.

1811 César Julien Jean LeGallois (1770-1840?) découvre le centre de contrôle de la respiration dans la moëlle épinière. LeGallois explore la possibilité de rendre artificielle la circulation du sang.

1811 Le pharmacien et chimiste Henri Braconnot (Commercy 1780 - Nancy 1855) isole des champignons un composé qui sera identifié à partir des insectes dans les années 1830, et sera appelé chitine.

1811 Lorenzo Romano Amedeo Carlo Avogadro (Torino 1776 - 1856) propose dans le Journal de Physique qu'un nombre fixe de molécules d'un gaz quelconque donne la masse moléculaire du gaz en grammes. Cela ne sera largement accepté qu'à partir de 1858.

1811 Charles Bell (Edinburgh 1774 - London 1842) avec son idée d'une New Anatomy of the Brain et François Magendie (Bordeaux 1785 - Sannois 1855) dans ses nombreuses conférences et publications découvrent les fonctions des racines dorsales et ventrales de la moelle épinière. Magendie travaille sur les animaux vivants, ce qui horrifie certains de ses contemporains. Magendie s'oppose fermement au vitalisme de Bichat. En général, il considère que les hypothèses sont inutiles, et que seuls les faits ont une valeur scientifique.

1812 Première publication d'une importante étude par Georges Cuvier: Recherches sur les ossemens fossiles des quadrupèdes.

1813 Augustin Pyrame de Candolle (Genève 1778 - 1841) publie sa Théorie élémentaire de la botanique où il affirme que la vie est dominée par quatre grandes forces : attraction et affinité, qui sont à l'origine des propriétés physico-chimiques de la vie, et force vitale et de sensibilité, qui sont spécifiques à la vie, cette dernière étant limitée aux animaux. Il rejette l'hypothèse de Lamarck de la transformation des organismes au travers d'une chaîne d'évolution. Il définit l'espèce par la collection de tous les individus qui se ressemblent plus entre eux qu'avec les autres, sont capables de fécondation mutuelle et produisent des individus fertiles qui se multiplient de génération en génération, de sorte qu'il est raisonnable par analogie de supposer qu'ils descendent d'un seul individu. Dans ce travail, il utilise le suffixe «-blaste» pour décrire une partie de l'embryon des plantes. Ce suffixe sera ensuite utilisé de façon générale.

1814 André-Marie Ampère (1775 - 1836), indépendamment d'Avogadro, découvre la même règle (qu'un nombre fixe de molécules de tout gaz est égale à la masse moléculaire du gaz en grammes), et qu'il publie dans les Annales de Chimie, en parllèle avec une percée de première importance : les molécules sont représentées comme des polyèdres simples dans lesquels les atomes occupent les angles, le polyèdre étant "la forme représentant de la particule".

1814 Saussure quantifie la fermentation alcoolique.

1814 René Joachim Henri Dutrochet (Néon 1776 - Paris 1847) publie ses enquêtes dans le développement des animaux, ce qui suggère une unité des principales caractéristiques au cours des premiers stades. Plus tard, la recherche sur les plantes et la physiologie des animaux lui permet d'affirmer que la respiration est similaire dans les plantes et les animaux.

1815 Konstantin Sigizmundovich (Gottlieb) Kirchhof (Teterow 1764 - 1833), qui avait découvert le glucose, rapporte, après avoir hydrolysé chimiquement l'amidon, qu'un composant glutineux du blé est également capable de transformer l'amidon en dextrine et en sucre.

1815 Lamarck publie son Histoire naturelle des animaux sans vertèbres.

1815 Jean-Baptiste Biot (Paris 1774 - Paris 1862) qui sera professeur de Louis Pasteur, découvre l'activité optique de composés chimiques. Biot avait été volontaire pendant la guerre de 1792 contre les Alliés monarchistes opposés à la Révolution. Il avait reconnu l'origine céleste des météorites en 1803, et achevé la mesure du méridien terrestre commencée par Jean-Baptiste Delambre (1749-1822) et Pierre Méchain (1744-1804). Il avait fait les premières mesures précises de la densité des gaz avec François Arago (1756-1853) et évalua la valeur du champ magnétique créé par un courant linéaire avec Félix Savart (1791-1841) (loi de Biot-Savart). Sa contribution la plus importante pour la biologie est la définition des lois qui régissent la polarisation de la lumière, qu'il enseigna à Pasteur.

1816 René Théophile Hyacinthe Laënnec (1781-1826) remplace l'auscultation directe par l'utilisation du stéthoscope, et introduit des termes tels que pectoriloque, râles, et crépitations (Traité de l'auscultation médiate, 1818). L'utilisation quotidienne de l'instrument par un nombre croissant de cliniciens identifie toutes sortes de "murmures" et d'autres signes d'origine cardiaque et pulmonaire.

1816 Mary Wollstonecraft Shelley (Somers Town 1797 - Bournemouth 1851) écrit Frankenstein, préfiguration romantique du génie biologique. Son héros, le Monstre, est généralement pris pour le Dr Victor Frankenstein. Le livre est publié deux ans plus tard.

1817 James Parkinson (London 1755 - 1828) publie An Essay on the Shaking Palsy, où il décrit le trouble neurologique qu'on sait aujourd'hui dû à un manque de dopamine, plus tard connu sous le nom de maladie de Parkinson.

1817 Christian Heinrich Pander (Riga 1794 - Saint-Petersbourg 1865), connu comme le fondateur de la paléontologie des Conodontes, décrit la présence de trois couches germinales dans l'embryon du poulet (plus tard nommées Blätter par Wolff). Le concept est ensuite étendu par Karl Ernst von Baer afin d'inclure tous les vertébrés.

1817 William Smith (Churchill 1769 - Northampton 1839)'s Stratigraphical System of Organized Fossils montre que certaines couches géologiques ont série caractéristique de fossiles.

1817 Dans Le règne animal, distribué d'après son organisation pour servir de base à l'histoire naturelle des animaux et d'introduction à l'anatomie comparée, Cuvier divise le règne animal en quatre groupes : vertébrés, mollusques, articulés et rayonnés, ayant chacune une organisation spéciale, en particulier liée à sa composition physique et chimique. Ce texte, fondé sur une remarquable analyse fonctionnelle, est probablement à l'origine de bien des métaphores actuelles qui utilisent le concept de "plan" pour décrire l'organisation des animaux, plutôt que le concept plus approprié de "programme", ou de "livre de recette".

1817 Joseph Bienaimé Caventou (1795 – 1877) et Pierre Joseph Pelletier (Paris, 1788 – Paris, 1842) isolent la chlorophylle des feuilles des plantes: publié dans l'ouvrage Sur la matière verte des feuilles.

1817 Georg Wilhelm Friedrich Hegel (Stuttgart 1770 - Berlin 1831) publie son Encyclopédie, où il décrit la nature de la logique et de la matière organique.

1817 Georg August Goldfuss (1782-1848) invente le nom de «protozoaires» pour décrire des animalcules présents dans l'eau. Le terme ne sera officiellement accepté qu'en 1920. Il inclut ensuite les Cnidaires au sein des Protozoaires.

1817 Louis Jacques Thénard (Louptière 1777 - Paris 1857) publie son Traité de Chimie Élémentaire Théorique et Pratique, où il tente de comprendre le rôle de l'oxyde de fer dans l'hématosine (hémoglobline). Ce traité sera réédité et complété à de nombreuses reprises.

1818 Thénard découvre l'eau oxygénée.

1818 La Library of the Surgeon General's Office est créée aux États-Unis (elle deviendra plus tard l'Army Medical Library puis la National Library of Medicine).

1819 Arthur Jacob (1790 - 1874) décrit les couches de la rétine contenant cônes et des bâtonnets (dans les Philosophical Transactions de la Royal Society).

1819 Proust identifie une molécule qu'il nomme acide caséeux, et que nous connaissons aujourd'hui comme l'acide aminé leucine.

1819 Louis Charles Adélaïde (Adelbert von) Chamisso de Boncourt (Château de Boncourt 1781 - Berlin 1838), connu comme poète romantique et écrivain et comme botaniste et philologue, introduit le concept de l'alternance des générations, correspondant à la méiose et à la fécondation.

1820 Christian Friedrich Nasse (Bielefeld 1778 - Marburg 1851), figure de l'anthropologie romantique, formule la loi qui porte maintenant son nom : l'hémophilie ne se produit que chez les hommes et est transmise par les femmes, qui ne sont pas touchées.

1820 Le galvanomètre, nommé d'après Galvani, est inventé par Johann Salomo Christoph Schweigger (1779 - 1857). C'est le premier instrument de mesure et de détection sensible à petites quantités d'électricité.

1820 Braconnot obtient à partir de fromage putréfié l'aposépédine qui n'est autre que l'acide caséeux identifié l'année précédente (leucine). Il crée aussi un dérivé de la gélatine qu'il nomme glycocolle, et que nous connaissons aujourd'hui comme l'acide aminé glycine.

1820 Caventou et Pelletier isolent la quinine de l'écorce du quinquina. Ils isolent ensuite la strychnine et la brucine.

1821 Charles Bell décrit plusieurs cas de paralysie faciale. La condition désormais nommée paralysie de Bell (Bell's palsy) ne faisait pas partie de ces premières descriptions. En revanche, Nicolas Anton Friedreich (1761-1836) de Würzburg (Allemagne) avait publié une thèse importante en 1797 décrivant un état qu'il avait appelé paralysie faciale rhumatismale et qui n'est autre que la condition qu'on appelle aujourd'hui paralysie de Bell.

1821 Karl Asmund Rudolphi (Stockholm 1771 - Berlin 1832) fondateur de musée zoologique de Berlin, publie sa Grundriss der Physiologie, où il déclare que le genre humain doit être divisé en espèces, et non en races. Il affirme que les êtres humains ne peuvent pas descendre d'un couple unique. Son travail est à l'origine du racisme « scientifique » dans les pays allemands et scandinaves, bien avant la période nazie.

1821 Magendie examine les différences fonctionnelles entre les racines dorsales et ventrales de la moelle épinière.

1821-1823 Jean-Louis Prévost (?1790 – 1850) et Jean-Baptiste André Dumas (Alès 1800 - Cannes 1884) rapportent que la matière colorée du sang est constituée d'une matière animale combinée avec le peroxyde de fer.

1822 Karl Friedrich Burdach (Leipzig 1776 - Königsberg 1847) nomme le gyrus cingulaire et distingue les corps genouillés latéral et médian.

1822 Au moment de sa mort, René Just Haüy, frère aîné de Valentin, publie son Traité de cristallographie, où il établit la règle pour les plans de clivage dans les cristaux.

1822 Fourier publie la Théorie analytique de la chaleur.

1822 Henri Marie Ducrotay de Blainville (Arques 1777 - Paris 1850) élève de Cuvier et de Bichat publie son Traité des animaux. Il affirme que les deux principales caractéristiques de la vie sont la composition et la décomposition, ce qui est une première mise en évidence du rôle du métabolisme dans la vie. Il est aussi l'un des promoteurs de la recherche sur l'embryon.

1822-1826 Geoffroy Saint-Hilaire produit expérimentalement un développement anormal chez le poussin, donnant ainsi un argument fort contre la préformation.

1822-1831 Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (Agen, 1778 - 1846) publie l'important Dictionnaire classique d'histoire naturelle en 17 volumes (Rey et Gravier, Baudouin frères, Paris), présentation de l'histoire naturelle d'un point de vue matérialiste et lamarckiste.

1822-1831 André Etienne Juste Pascal Joseph François d'Audebard, baron de Férussac (Le Chartron, 1786 - Paris, 1836) crée le Bulletin général et universel des annonces et des nouvelles scientifiques, précurseur non académique des Comptes-rendus de l'Académie des Sciences où il développe un panorama visionnaire de la connaissance humaine avec d'éminents penseurs (jusqu'à 300 auteurs ont collaboré à cet effort). Fait intéressant, le Bulletin est divisé en sections, créées dans un esprit très moderne (par exemple les Sciences Naturelles et la Géologie (section 2) vont de pair ainsi que les Sciences Agricoles et Économiques (section 4)). Les Statistiques, sous l'influence d'Augustin Cournot jouent un rôle central dans le Bulletin. 170 volumes ont été publiés au cours de la courte histoire du Bulletin, qui a eu une influence considérable, mais ils n'ont pas encore été analysés en profondeur. Le manque de soutien pour cette entreprise extraordinaire, tant de la part du gouvernement français que de la part du monde académique français (marqué par le fait qu'il était essentiellement co-opté), a marqué le début du déclin de l'influence de la France dans le domaine de la Science.

1823 Prévost et Dumas montrent que l'urée est transportée par le sang.

1823 Augustin Louis Cauchy (1789 - 1857) publie son Résumé des leçons données à l'Ecole royale polytechnique sur le calcul infinitésimal, qui déclenche l'exploration de la nature des nombres réels.

1823 Thomas Andrew Knight (Wormsley Grange 1759 - Downton 1838) horticulteur distingué et éleveur d'arbres fruitiers, observe les relations de dominance, récessivité, ainsi que la ségrégation des caractères chez le pois, mais n'en détecte pas la régularité. Cependant tous ses papiers ont mystérieusement disparu, ce qui exclut une analyse plus approfondie de ses travaux.

1824 Marie Jean Pierre Flourens (Maureilhan 1774 - Montgeron 1867) opposant à Gall, affirme dans ses Recherches expérimentales sur les propriétés et les fonctions du système nerveux dans les animaux vertébrés que le cervelet régule l'activité motrice, et divise toute action en « action propre » et « action commune ». Dans ce travail, Flourens détaille l'ablation des centres nerveux pour étudier le comportement.

1824 John Charles Caldwell (1773 – 1853) publie ses Elements of Phrenology où il développe les idées de Gall (restées à la mode pendant un certain temps, en particulier auprès des philosophes positivistes).

1824 Nicolas Léonard Sadi Carnot (Paris 1796 - 1832), bien que resté au sein du paradigme théorique du phlogistique (calorique), fait progresser considérablement la question de la nature de la chaleur et de l'énergie dans son travail remarquable : Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les Machines propres a développer cette Puissance, en considérant la question de la relation entre la quantité de chaleur et la quantité de travail accompli, et en introduisant la conception d'une machine utilisant un cycle d'opérations réversible.

1824 Henry Hill Hickman (1800 - 1830), médecin généraliste, écrit à Knight pour décrire ses expériences montrant que le gaz carbonique peut être utilisé pour anesthésier les animaux avant une opération chirurgicale.

1824 Dutrochet fait de nouvelles avancées dans la conception de la cellule, déjà décrite par Robert Hooke et développée par Mirbel. Il affirme que tous les tissus organiques sont faits de cellules globulaires de taille extrêmement petite, qui semblent être unies seulement par de simples forces d'adhésion : ainsi tous les tissus, tous les animaux (et végétaux), tout comme les organes sont en fait un tissu cellulaire modifié de façon variée. Cette uniformité de la structure fine prouve que les organes diffèrent entre eux seulement par la nature des substances contenues dans les cellules vésiculaires dont ils sont composés. Dutrochet découvre aussi et nomme le phénomène de l'osmose.

1824 Magendie fournit une première preuve du rôle du cervelet dans l'équilibre.

1824-1825 Prévost et Dumas répètent les expériences de filtration de Spallanzani, confirmant ainsi la nécessité des spermatozoïdes pour la fécondation. Ils décrivent la première division de l'œuf de grenouille.

1825 Jean-Baptiste Bouillaud (Garat, 1796 - Paris 1881) décrit des cas de perte de la parole après lésions frontales et suggère que la parole est localisée dans les lobes frontaux, comme Gall l'avait suggéré.

1825 Rolando décrit la scissure qui sépare le gyrus précentral du gyrus postcentral dans le cerveau.

1825 François-Vincent Raspail (Carpentras, 1794 - Arcueil, 1878), expert en microscopie développe des techniques encore utilisées aujourd'hui. Certains disent que dans un article des Annales des Sciences Naturelles, il crée l'expression Omnis cellula et cellula pour dire que la cellule est l'atome de vie. Cependant je n'y ai pas trouvé cette expression, mais plutôt : «  la cellule qui les renferme ne pourra plus les contenir, elle crèvera, elle livrera passage à ce tissu cellulaire qui continuera à croître... »  et plus loin en effet Raspail exprime bien l'idée que des cellules donnent naissance aux cellules : « A-t-on jamais remarqué les bulles de savon sortir d'une autre bulle de savon? A-t-on vu les parois de la grande bulle s'ouvrir pour livrer passage aux bulles intérieures, et se refermer aussitôt pour s'agglutiner subitement avec ces dernières? eh bien ! qu'on me passe la trivialité de la comparaison, je ne pourrais en trouver de plus juste : on a là la formation des cellules végétales ».

1825 Pierre Fidèle Bretonneau (1771- Tours 1862), épidémiologiste, réussit la première trachéotomie.

1826 Antoine Becquerel (1788-1878) invente une batterie électrique à deux liquides.

1826 Adolphe-Théodore Brongniart (1801 - 1876) (fils d'Alexandre Brongniart) est le premier à décrire le mouvement erratique de grains de pollen vus au microscope dans un article présenté à l'Académie des Sciences.

1826 Johannes Peter Müller (Koblenz 1801 - Berlin 1858) publie sa théorie des « énergies nerveuses spécifiques », montrant que les nerfs sensoriels ne peuvent interpréter une impulsion que dans un sens.

1826 George Bentham publie en français un traité de botanique, le Catalogue des plantes indigènes des Pyrénées et du Bas Languedoc. Il s'agit du premier travail d'un chercheur qui allait devenir célèbre en Grande-Bretagne.

1827 Richard Bright (Bristol 1789 - 1858) dans ses Reports of Medical Cases distingue plusieurs causes de l'hydropsie.

1827 Michel Eugène Chevreul (Angers, 1786 - Paris, 1889) nomme hématosine le pigment rouge du sang.

1827 Magendie découvre la structure désormais connu sous le nom du foramen de Magendie, une ouverture de la quatrième ventricule, qui est l'une dans un système de quatre cavités communicantes (ventricules) dans le cerveau.

1827 Horace Bénédict Alfred Moquin-Tandon (Montpellier, 1804 - Paris, 1863) publiie la description de plusieurs espèces de sangsues dans sa Monographie de la famille des Hirudinées. Il changera d'avis plus tard à tort et les regroupera toutes sous le nom commun Hirudo medicinalis.

1827 Fourier publie ses Remarques générales sur les températures du globe terrestre et des espaces planétaires, dans lequel il fournit le premier calcul de l'effet de serre qui permet à la Terre d'avoir une température modérée. Il est donc le précurseur des modèles du réchauffement climatique.

1827 Giovanni-Battista Amici (Modena 1786 - Firenze 1868) crée son premier système de lentille de microscope achromatique.

1827 Karl Ernst von Baer (Piep estate 1792 - Dorpat 1876) découvre dans l'ovaire l'œuf des mammifères, qu'il décrit dans De ovi mammalium et hominis genesis. Il considère que les spermatozoïdes sont des «entozoaires», donc des parasites, et les nomme spermatozoïdes.

1827 Robert Brown (Montrose 1773 - London 1858), au cours de son étude des molécules organiques postulées par Buffon, redécouvre avec des fragments de pollen sous le microscope le mouvement erratique de particules et remarque que cela avait déjà été observé quarante ans plus tôt par d'autres, Brongniart en particulier : A brief account of microscopical observations, made in the months of June, July and August (1827), on the particles, contained in the pollen of plants and on the general existence of active molecules in organic and inorganic matter. Ce phénomène est connu aujourd'hui sous le nom de mouvement brownien. Brown publie ses travaux aussitôt en français et en allemand. Avec raison il ne nomme pas Ingen-Housz comme précurseur. Ce dernier a souvent été mentionné de façon erronée parce qu'il avait observé le mouvement de particules sous le microscope produit par l'évaporation de la goutte de solvant dans lequel elles avaient été dispersées.

1828 Publication par von Baer de l'ouvrage Uber Entwicklungsgeschichte der Tiere (Sur le développement des animaux) qui s'oppose résolument à la théorie de la préformation. Avec ce livre von Baer crée l'embryologie moderne. Il rejette la théorie de Bonnet - Lamarck d'une chaîne de développement uniforme et continue dans le règne animal et adopte les idées fixistes de Cuvier. Toutefois, il soutient que l'on doit comparer les organes à des stades différents de développement chez les différents animaux. Il énonce la loi que plus deux formes animales sont dissemblables, plus il faut revenir en arrière dans l'histoire évolutive pour trouver un accord, la forme la plus ancienne étant la cellule primitive, suivie par l'œuf et les premières étapes du développement enmbryonnaire (loi biogénétique).

1828 Friedrich Wöhler (Eschersheim 1800 - Göttingen 1882) synthétise le premier composé organique à partir de composants inorganiques, l'urée, qu'il prépare par la réaction du cyanate de plomb avec de l'ammoniac.

1828 John Vaughan Thompson (Brooklyne 1779 - Sydney 1847) est le premier à collecter et décrire le plancton. Il montre aussi que les balanes son des crustacés.

1829 Barthélemy Charles Joseph Dumortier (1797-1878) publie son Analyse des Plantes qui est encore à la racine de bien des classifications des plantes.

1829 Louis-René Lecanu (1800-1871) trouve du cholestérol dans un extrait de jaune d'œuf de poule.

1829 Pierre Jean François Turpin (1775-1840), salué comme peut-être le meilleur des illustrateurs botanistes français de son époque, rapporte et illustre ses observations sur la division cellulaire chez les algues.

1830 Controverse à propos de la construction de nouveaux microscopes. À la suite de Charles Chevalier (1771-1841), de son fils Vincent Chevalier (1804-1859) et d'Amici, Joseph Jackson Lister (London 1786 - 1869) (père de Lord Joseph Lister qui devait inventer les techniques de l'antisepsie) fabrique des lentilles pour corriger les aberrations chromatique et sphérique.

1830 Dispute entre Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire à propos de l'existence d'un plan universel des organismes. À l'époque, la querelle s'installe à l'avantage de Cuvier, mais Geoffroy Saint-Hilaire, qui a reconnu la segmentation chez les insectes et les vertébrés, ainsi que l'inversion dorso-ventrale de la segmentation à la jonction entre le thorax et l'abdomen des crustacés avait raison. L'une de ses théories les plus mal reçues voulait que le squelette externe et segmenté et les pattes articulées des arthropodes tels que les insectes étaient équivalents aux vertèbres et aux côtes du squelette interne des vertébrés, les insectes vivant littéralement à l'intérieur de leurs propres vertèbres et marchant sur leur côtes. Cette façon de voir préfigure l'identification des homéogenes, beaucoup plus tard. Bien que certaines des comparaisons de Geoffroy Saint-Hilaire paraissent tirées par les cheveux, son idée d'unité de plan (modifiée en théorie des analogues) a été prophétique : «Pour ces sortes de considérations il n'est plus d'animaux divers. Un seul fait les domine, c'est comme un seul être qui apparaît. Il est, il réside dans l'Animalité; être abstrait, qui est tangible par nos sens sous des figures diverses ». Ici, nous avons clairement ce qui allait devenir le concept de programme de développement. Et, tout à fait remarquable, Cuvier déclare alors que les caractéristiques de la seiche, par exemple, ne résultent pas d'une élaboration antérieure constatée chez d'autres animaux, et n'ont pas dans leur développement propre conduit à un animal supérieur à eux-mêmes. Cette vue opposée au transformisme de Lamarck montre les limites de la pensée de Cuvier.

1830 Franz Julius Ferdinand Meyen (Tilsit 1804 - 1840) rend compte dans son ouvrage Phytotomie de ses observations sur les algues, les champignons et les plantes supérieures et conclut que chaque cellule constitue un organisme indépendant, isolé, qui se nourrit, se construit, et élabore des matières premières en éléments nutritifs, dont il se saisit, et transforme en des substances et des structures très différentes.

1830 Robiquet and Antoine Boutron-Charlard (Paris 1796 - Paris 1879) isolent l'amygdaline et découvrent son fractionnement hydrolytique à partir d'un extrait dégraissé d'amandes amères. L'agent sera nommé emulsin by Liebig et Wöhler en 1837.

1830 Avec son microscope, Amici explore le processus de fécondation chez les plantes et arrive à retracer la croissance du tube pollinique par le style du micropyle de l'ovaire.

1830 L'agronome Allemand Karl Sprengel (1787-1859) conduit une recherche d'avant-garde qui peut être considérée comme le début de la chimie agricole, y compris par sa réfutation de la théorie d'humus et la formulation de la Loi du Minimum (connue sous le nom de loi de Liebig), qui dit que c'est l'élément limitant qui contrôle la croissance.

1830 Berzelius invente le terme isomère pour exprimer l'existence de produits chimiques ayant la même composition atomique, mais des propriétés chimiques différentes.

1830 Robert Remak (Posen 1815 - Berlin 1865) fait sa première découverte, les "fibres de Remak" parmi les fibres nerveuses sans myéline. Plus tard, il découvrira et nommera les trois couches des embryons précoces. Travaillant avec des cellules animales, il montrera aussi que les cellules proviennent de cellules préexistantes par un processus de fission binaire.

1830-1833 Charles Lyell (Kinnordy House 1797 - London 1875) avec ses Principles of Geology crée la stratigraphie, en avançant que les formations géologiques sont explicables en termes de forces et de conditions observables à l'heure actuelle. Ce livre influencera la pensée de Darwin au cours de son périple sur le HMS Beagle.

1830-1840 L'utilisation des sangsues pour les saignées est à son apogée. La justification de la saignée avait changé avec l'évolution de nouvelles théories sur les causes des maladies. La plupart des médecins estimaient que l'effet appauvrissant de la perte de sang était un "refroidissement" et que la saignée pouvait soulager la congestion des capillaires enflammés, sans diminuer la résistance aux maladies.

1830-1840 Justus von Liebig (Darmstadt 1803 - München 1873) développe des techniques d'analyse quantitative et les applique à des systèmes biologiques. Sa Loi du Minimum implique que le rendement de croissance est proportionnel à la quantité de l'élément nutritif le plus limitant, dans l'ensemble des éléments nutritifs apportés. L'idée que l'activité vitale pourrait être expliquée en termes physico-chimiques est très importante pour ceux qui s'intéressent à la nature de la vie.

1830-1842 Isidore Auguste Marie François Xavier Comte (Montpellier 1798 - Paris 1857) écrit les six gros volumes de son Cours de Philosophie positive. Essayant d'imiter Aristote, il affirme que «positive» signifie «la même chose que réel et utile», et que sa philosophie se substitue à la théologie et à la métaphysique qui ont dominé pendant les siècles précédents. Pour lui, trois étapes dans la pensée de l'homme expliquent la situation de son temps : l'état théologique, dans lequel des pouvoirs de divinités personnelles dominent et expliquent tout ce qui se passe dans l'Univers; la métaphysique, lorsque des forces impersonnelles se substituent aux forces personnelles divines, et enfin l'état positif, lorsque la question pertinente n'est plus «pourquoi ?" mais parfois "comment ?", et le plus souvent "quoi ?". Comte est surtout connu pour sa classification des sciences en six branches : mathématiques, astronomie, physique, chimie, biologie et enfin sociologie (mot inventé par lui). Chacune de ces sciences dépend de la précédente, mais possède des caractéristiques qui lui sont propres. La spéculation biologique de Comte doit beaucoup à Blainville, rejetant à la fois le vitalisme et le mécanisme. La vie est définie comme la relation entre l'organisme et l'environnement, et elle doit être étudiée de façon statique (potentiellement active) et dynamique (effectivement active). 

1831 Robert Brown publie ses observations rapportant la découverte et la présence répandue d'areola (qu'il nomme aussi nuclei «noyaux») dans les cellules. Brown distingue les angiospermes des gymnospermes dans sa classification des plantes supérieures.

1831 Marshall Hall (Basford 1790 - Brighton 1857) publie A Critical and Experimental Essay on the Circulation of the Blood, où il distingue les capillaires des artérioles et des veinules pour des raisons anatomiques. En utilisant un microscope achromatique Dollond, Hall décrit pour la première fois les minuscules artériolo-veinules de communication qui sont connues sous le nom de canaux directs ou de canaux de traverse.

1831 Erhard Friedrich Leuchs (1800-1837) décrit l'action diastasique de la ptyalin (amylase) salivaire sur l'amidon.

1831 Berzelius publie son Traité de Chimie, où il quantifie la quantité de peroxyde de fer trouvé dans l'hématosine (hémoglobine) : un demi pour cent. Beaucoup de noms différents pour l'hémoglobine commencent à être utilisés à l'époque: "zoohématine", "hématochroïne", "cruorine", entre autres. Cruorine allait dominer pendant plusieurs décennies, avec cruorine écarlate pour les «sang oxydé", et cruorine violette pour "sang désoxydé".

1831-1836 Journal of researches; The voyage of the Beagle, avec Charles Robert Darwin (Shrewsbury 1809 - Downe 1882) à bord en tant que naturaliste.

1832 Le pouvoir sédatif de l'hydrate de chloral est découvert.

1832 Robiquet isole la codéine de l'opium.

1832 Martin Heinrich Rathke (Danzig 1793 - Königsberg 1860) découvre les fentes branchiales chez l'embryon des oiseaux et des mammifères. Son travail en embryologie comparative est développée dans son Ueber die rückschreitende Metamorphose der Tiere où il décrit la disparition des organes (qui restent présents dans les espèces inférieures) lors de l'embryogenèse chez les espèces supérieures.

1832 Bien que Schleiden et Schwann établissent plus tard une version correcte de la théorie cellulaire, ils sont d'abord dans l'erreur à propos de la formation des cellules, pensant qu'elles apparaissent à la suite de processus analogues à la précipitation ou à la cristallisation (comme le fera Stéphane Leduc en 1912). Le botaniste Dumortier observant le processus de division cellulaire chez les algues et les cellules végétales remarque que les cellules proviennent de cellules préexistantes par fission binaire.

1832 Candolle publie sa Physiologie végétale ou exposition des force et des fonctions vitales des végétaux, pour servir de suite à l'organographie végétale et d'introduction à la botanique géographique et agricole.

1832 Dutrochet montre que l'échange de gaz dans les plantes se produit par l'intermédiaire d'ouvertures (minuscules stomates) à la surface des feuilles vers des cavités intérieures avec lesquelles elles communiquent. Il démontre en outre que seules les cellules contenant de la chlorophylle peuvent fixer le carbone et donc transformer l'énergie lumineuse en énergie chimique. En parallèle de ses études sur l'osmose Dutrochet suggère que ce processus physique peut être la cause de la montée et de la descente de la sève dans les plantes. Tout au long de son travail, il essaie de montrer que les phénomènes vitaux peuvent être expliqués par la physique et la chimie.

1833 Marshall Hall  décrit une fonction qui existe dans la moelle indépendamment du cerveau : dans cette fonction un stimulus produit une réponse de façon indépendante de la sensation ou de la volition. Il la nomme «réflexe».

1833 Jean Louis Rodolphe Agassiz (Môtier-en-Vuly, Suisse 1807- Cambridge, Mass, USA 1873) avec ses Recherches sur les poissons fossiles, fonde la paléoichthyologie.

1833 Geoffroy Saint-Hilaire publie Sur le degré d'influence du monde ambiant pour modifier les formes animales où il préfigure la théorie de l'évolution par sélection naturelle : « Le monde ambiant est tout puissant pour une altération des corps organisés.. .Les modifications insensibles d'un siècle finissent par s'ajouter et se réunissent en une somme quelconque ; d'ou il arrive que la respiration devient d'une exécution difficile et finalement impossible, quant à de certains systèmes d'organes ; elle nécessite alors et se crée à elle-même un autre arrangement, perfectionnant on altérant les cellules pulmonaires dans lesquelles elle opère, modifications heureuses ou funestes, qui se propagent ou qui influent sur tout le reste de l'organisation animale. Car si ces modifications amènent des effets nuisibles, les animaux qui les éprouvent cessent d'exister, pour être remplacés par d'autres, avec les formes un peu changées, changées à la convenance des nouvelles circonstances. » Darwin lui-même reconnaissait l'importance de Geoffroy Saint-Hilaire et de son fils Isidore (qui avait poursuivi certaines pistes ouvertes par son père) comme des personnes qui avaient anticipé d'une façon certaine ses propres idées.

1833 Jan Evangelista Purkinje (Purkyne) (Libochovice 1787 - Prague 1869) découvre les glandes sudoripares. Plus tard, il découvrira les neurones du cortex du cervelet et les fibres conductrices dans le cœur qui portent son nom. Il étudie aussi la perception visuelle et conçoit le premier système de classification des empreintes digitales. Purkinje inventera aussi le mot protoplasme pour décrire le matériel embryonnaire trouvé dans les œufs.

1833 Johann Friedrich Meckel le jeune (Halle, 1781 - 1833), fils et petit fils d'anatomistes reconnus, développe l'anatomie descriptive et comparée dans le journal Archiv, et s'efforce d'écrire un traité complet System der vergleichenden Anatomie, qu'il n'a pas pu terminer avant sa mort. Ce travail est fortement influencé par le transformisme de Lamarck. Ce travail est à l'origine de l'école « récapitulationiste » développée plus tard en Allemagne (et encore souvent utilisé aujourd'hui), où l'ontogenèse récapitule la phylogenèse.

1833 Jean-Baptiste Joseph Dieudonné Boussingault (Paris 1802 - Paris 1887), professeur de chimie analytique, recommande l'utilisation de sel iodé pour guérir le goitre.

1833-1834 Anselme Payen (Paris 1795 - 1871) et Jean-François Persoz (Cortaillod 1805 - Paris 1868) décrivent en détail et isolent la diastase (amylase) sous forme de poudre à partir de malt d'orge, montrant qu'elle ne résiste pas à la chaleur. Ils postulent l'importance centrale pour la biologie de ce qui allait être nommé enzyme.

1834 Michael Faraday (Newington 1791 - London 1867) énonce les lois de l'électrolyse.

1834 Félix Dujardin (1801-1860) suggère que les animaux unicellulaires soient classés dans un groupe propre qu'il appelle Rhizopoda (on les nomme aujourd'hui Protozoaires).

1834-1840 Johannes Müller dans son Handbuch der Physiologie des Menschen établit une théorie spécifique de l'« énergie » nerveuse, et esquisse une théorie mécaniste de la pensée.

1835 Berzelius démontre que l'hydrolyse de l'amidon est catalysée plus efficacement par la diastase de malt que par l'acide sulfurique et publie la première théorie générale de la catalyse chimique.

1835 Robert Graves (1796-1853) décrit le goître exophtalmique («maladie de Grave»). Sur le continent européen, cependant, cette condition est appelée «maladie de Basedow».

1835 Laurent-Guillaume De Koninck (1809-1887) et Jean-Servais Stas (Louvain, Belgique, 1813 – Bruxelles, Belgique, 1891) isolent le glycoside amer phlorizine, un dérivé phenylpropanoide, de l'écorce de pommiers communs (Pyrus malus). Cette molécule est l'objet d'une recherche intense comme inhibiteur de la recapture du  glucose par le rein (effet anti-diabétique).

1835 Rudolph Wagner (Bayreuth, 1805 - Göttingen, 1864) découvre une structure dans les vésicules germinales des ovocytes qu'il nomme keimfleck ou germinativa macula. On l'appelle aujourd'hui le nucléole.

1835 Agostino Bassi (Lodi 1773 - 1856) démontre dans Del mal del segno, calcinaccio o moscardino qu'une maladie du ver à soie est causée par un champignon. Il montre que la maladie est contagieuse et peut être transmise naturellement. Cette découverte prépare à la théorie des germes pour expliquer les maladies.

1835 Dujardin associe le sarcode (plus tard appelé protoplasme par von Mohl) des protozoaires avec les processus de vie.

1835 Charles Cagniard-Latour (Cagniard de Latour) (1777-1859) constate que la fermentation est toujours accompagnée d'une croissance rapide et de la multiplication d'organismes ressemblant à des plantes. Vérifiant ses fermentations avec un bon microscope, il affirme que les Torulæ qu'il observe sont de minuscules organismes vivants et que c'est leur activité qui entraîne la fermentation.

1835 Richard Owen (Lancaster 1804 - 1892), célèbre plus tard pour sa campagne virulente contre Darwin, découvre les parasites Trichinella responsables de la trichinose.

1835-1839 Hugo von Mohl (Stuttgart 1805 - Tübingen 1872) décrit soigneusement les détails de la mitose chez les plantes. Il note l'apparition d'une plaque entre les cellules filles. Il remarque que la division cellulaire est partout facilement et simplement observée dans les bourgeons terminaux des branches et des racines.

1836 Marc Dax (1770 - Montpellier 1837) décrit un groupe de patients qui ne parlent pas correctement et, selon son fils Gustave, écrit un mémoire sur les effets des lésions de l'hémisphère gauche sur la parole.

1836  François Joseph Victor Broussais (Saint-Malo 1772 - Paris 1839) présente une série de vingt conférences sur la phrénologie à l'Université de Paris. Broussais promeut la théorie que toutes les maladies résultent d'une inflammation causée par une accumulation excessive de sang, et que le corps doit être affaibli pour être guéri. Il a fondé ses convictions sur ses observations où il trouvait du sang dans les membranes muqueuses du tractus gastro-intestinal au cours des examens post-mortem.

1836 Charles Giles Bridle Daubeny (1795- Oxford 1867), qui allait plus tard appuyer fortement les idées de Darwin, étudie l'efficacité des différentes parties du spectre visible dans la photosynthèse.

1836 Gabriel Gustav Valentin (1810 - 1883), élève de Purkinje, identifie le noyau et le nucléole dans les cellules nerveuses. Le nucléole est la même structure que celle découverte par Wagner l'année précédente et plus tard, il nomme le nucléole ou kernkörperchen.

1836 Magendie démontre la nécessité de l'azote alimentaire dans ses Leçons sur les phénomènes physiques de la vie.

1836 Robert Remak décrit les axones myélinisés et amyéliniques.

1836 Theodor Schwann (Neuss 1810 - Köln 1882) signale l'action de la pepsine et décrit ses propriétés. La putréfaction et la fermentation ont ensuite été attribués à l'action des micro-organismes.

1836 Charles Dickens (Landport 1812 - Gadshill 1870) connu pour ses romans, décrit l'apnée obstructive du sommeil.

1836 Christian Gottfried Ehrenberg (Delitzch 1795 - Berlin 1876) découvre l'axone géant des Crustacés.

1836 Purkinje and Samuel Moritz Pappenheim (Breslau 1811 - 1882) découvrent qu'un autre organe que l'estomac - le pancréas - joue un rôle dans la digestion.

1836 Stephan Ladislaus Endlicher (Pressburg 1804 - Wien 1849) expert en langue chinoise, publie son Genera plantarum, qui deviendra la base de toute les classifications des plantes.

1836 Gerhardus Johannes Mulder (1802-1880) réalise les premières études systématiques de protéines. Mulder forge le terme protéine (en Français) à partir de πρωτειος, primarius, qu'il voit comme le principe fondamental de toute matière organique, dans un journal néerlandais publié en français.On crédite généralement Berzelius de cette invention.

1837 Purkinje décrit les cellules du cervelet (l'une d'entre elles porte son nom). Il identifie le noyau des neurones et les dendrites.

1837 Berzelius classe la fermentation comme une réaction catalysée. Il identifiera l'acide lactique comme le produit de l'activité musculaire.

1837 Charles Babbage (1791 - 1871) écrit un algorithme pour The analytic engine une machine qu'il a inventée en 1830. Il s'agit d'une unité logique destinée au calcul arithmétiques et semblable dans son principe au processeur de nos ordinateurs. Cet instrument possède une structure de contrôle avec des instructions, des boucles et des branchements conditionnels, comme on les trouve dans les langages de programmation actuels. Il est aussi capable de stocker les données sur des cartes perforées, dée qu'il a empruntée à la machine Jacquard. Babbage a même pensé à enregistrer les résultats des calculs sur papier, au moyen d'un précurseur des imprimantes actuelles.

1837 Stas vient à Paris, pour profiter de l'environnement scientifique. Comme collaborateur de Dumas il étudie en détail la phlorizine, et la sépare entre une moitié phlorétine et en glucose.

1837 Johannes Dzierzon (1811 - 1906) est pris en charge par Siebold, qui avait étudié l'appareil sexuel de l'abeille. Dans son travail, il démontre que l'abeille femelle est fécondé dans l'air. Dzierzon est le père de l'apiculture moderne rationnelle.

1837 Henri Milne-Edwards (Bruges 1800 - Paris 1885) publie son œuvre principale : Histoire naturelle des crustacés.

1837 Heinrich Gustav Magnus (1802 - 1870) établit expérimentalement à nouveau, après Lavoisier, que le changement de couleur du sang pendant la respiration est dû à des changements chimiques qui se produisent dans les poumons.

1837 Dutrochet remarque que la chlorophylle est nécessaire à la photosynthèse.

1837 Dujardin démontre que les spermatozoïdes sont produits dans les tubes séminifères du testicule.

1837-1838 Theodor Schwann et l'algologue Friedrich Traugott Kützing (1807-1893) tout à tour et indépendamment annoncent que la levure est un organisme vivant qui est responsable de la fermentation. Ces travaux amorcent le long débat qui explorera si la fermentation est une réaction chimique ou un processus vital. Cette question se terminera dans un débat amer entre Louis Pasteur et Claude Bernard.

1837-1840 Johannes Peter Müller (Coblenz 1801 - Bonn 1858) publie son Handbuch der Physiologie des Menschen für Vorlesungen, qui sera l'autorité sur le sujet en Allemagne pour plusieurs décennies. Partant d'un point de vue semi-mystique inspiré par Goethe et Oken, il étudie en particulier dans perception par les sens. Sa description est très semblable à celle d'Aristote, et met l'accent sur​lela finalité. Il croit en la génération spontanée et maintient l'immutabilité des espèces et des genres.

1837-1841 Avogadro publie son traité Fisica dei corpi ponderabili, où il établit, contrairement à la théorie des «indivisible» de Dalton, que l'oxygène et l'azote de l'air sont probablement constitués de deux atomes.

1838 La lignine est le deuxième polymère naturel le plus abondant sur​ la terre, observe Anselme Payen.

1838 Matthias Jakob Schleiden (Hamburg 1804 - Frankfurt-am-Main 1881) publie ses "Beiträge zur Phytogenesis" dans les Archiv für Anatomie, contribution importante pour comprendre la genèse des tissus végétaux. Il observe les nucléoles, mais interprète mal leur signification en les considérant comme des noyaux à l'intérieur des noyaux (qu'il nomme "cytoblastes"). Theodor Schwann applique la même théorie erronée à la formation des cellules de tissus d'origine animale, mais souligne à juste titre que "les cellules sont des organismes et les animaux et les plantes sont des agrégats de ces organismes disposés selon des lois définies."

1838 Ehrenberg dans son ouvrage Die Infusionstierchen als vollkommene Organismen sépare ce qu'il nommera plus tard bactéries des autres micro-organismes, les considérant comme « des organismes complets», avec tous les organes présents dans les organismes supérieurs.

1838 Robert Remak suggère que les fibres nerveuses et des cellules nerveuses forment un tout.

1838 Lecanu suggère que l'hématosine (hémoglobine) associe l'albumine et de l'oxyde de fer en tant que substances distinctes.

1838 Theodor Schwann décrit la cellule qui produit la myéline dans le système nerveux périphérique ("cellules de Schwann").

1839 Schwann propose la théorie cellulaire dans son ouvrage intitulé Mikroskopische Untersuchungen über die Ubereinstimmung in der Struktur und dem Wachstum der Tiere und Pflanzen. Là, il prend comme point de départ la théorie cellulaire de Schleiden, et souligne les différences principales entre les cellules animales et végétales. Il affirme qu'un principe commun d'évolution organise les parties les plus différenciées des organismes, et que ce principe d'évolution est la formation des cellules. Ce principe qui considère la cellule comme l'atome de vie est immédiatement acceptée partout.

1839 Boussingault étudie quantitativement l'équilibre entre la constitution élémentaire de la ration alimentaire minimale d'une vache, ses excrétion et sa production de lait.

1839 Magendie découvre le choc anaphylactique.

1839 Chevreul publie son traité De la Loi du contraste simuiltané des couleurs, où il décrit la perception des couleurs par l'œil humain. Il divise les couleurs en deux groupes, les couleurs primaires (bleu, jaune et rouge) et les couleurs secondaires obtenues par mélange des couleurs primaires. Il résulera sa théorie ensuite ainsi : "... je crois pouvoir affirmer qu'il est possible d'assujettir les couleurs à une nomenclature raisonnée en les rapportant à des types classés d'après une méthode simple.... Une matière colorée en rouge, en jaune, en bleu, en orangé, en vert et en violet ne peut être modifiée que de quatre manières dans l'emploi qu'on en fait en peinture ou en teinture...", définissant ainsi les cercles chromatiques. Cela a eu un impact considérable sur l'évolution de la peinture et sur la compréhension de la vision.

1839 Pierre François Verhulst (Bruxelles 1804 - 1849) développe le modèle logistique de la croissance de la population.

1839 Charles Chevalier (1804-1859) nomme microtome l'instrument destiné à trancher pour les préparations au microscope qu'il avait commencé à construire en 1825.

1839 Francois Leuret (1797–1851) et Louis Pierre Gratiolet (1815-1865) cartographient les plis et les crevasses du cortex cérébral, et délimitent et nomment le cortex frontal, temporal, pariétal et occipital, en particulier la scissure de Rolando.

1839-1846 Purkinje propose le terme protoplasme pour la matière vivante et, avec von Mohl, établit le concept de protoplasme.

1840 Publication du traité de Liebig, Tierchemie, qui réunit les domaines de la chimie et la physiologie. Ici Liebig souligne que les composés organiques des plantes sont synthétisés à partir du gaz carbonique de l'atmosphère tandis que les composés azotés sont dérivées à partir de précurseurs présents dans le sol. Il propose que la fermentation est chimique et ne dépend pas de microbes vivants. Cette vue étoffe la controverse qui explore si la fermentation est un processus vital ou un processus chimique.

1840 Jules Sébastien César Dumont d'Urville (1790 - accident de train près de Versailles, 1842) à bord de L'Astrolabe atteint le continent Antarctique à la Terre Adélie.

1840 Adolph Hannover (1814 -1894) utilise de l'acide chromique pour durcir les tissus nerveux pour ses préparations microscopiques.

1840 William Bowman (Nantwich 1816 - Dorking 1892) décrit la manière dont le muscle est composé de fibrilles, entouré par une substance qu'il appelle sarcolemme.

1840 Michael Sars (Bergen 1805 - Christiania? 1869) publie le compte rendu de la description complète de deux espèces de méduses (publié en français dans les Annales des Sciences naturelles en 1841). Ce texte le rend célèbre dans toute l'Europe et est encore utilisé aujourd'hui.

1840 Jules Gabriel François Baillarger (1806-1890) examine les liens entre matière grise et blanche du cortex cérébral, et met six couche en évidence, ce que Remak trouvera aussi quatre ans plus tard.

1840-1841 Owen forge le nom dinosaurus (terrifiant reptile), qui, devenu "dinosaure" sera promis à un immense succès auprès du grand public.

1841 Hugh Miller (1802-1856) enquête sur les dépôts géologiques du Dévonien de la formation des Vieux Grès Rouges en Ecosse, renfermant l'un des plus importants gisement de vertébrés fossiles jamais découvert. Miller croit que les archives fossiles confirment le récit biblique de la création. Il publiera Footprints of the Creator (L'empreinte du Créateur) en 1847, et s'opposera à l'évolution jusqu'à sa mort en 1856.

1841 Oken publie son Allgemeine Naturgeschichte für alle Stände. En dehors de ses croyances à demi mystiques et d'un tout autre siècle, Oken essaye d'analyser les points de vue des différents camps avec impartialité. Il encourage les discussions et offre des prix pour leurs solutions, afin de promouvoir la recherche. Oken est aussi à l'initiative d'une autre idée qui s'est avérée plus tard d'une immense valeur : il organise des réunions de scientifiques pour qu'ils échangent leurs vues et partagent leurs idées. Oken a ainsi largement étendu le système de jugement par les pairs qui était restreint au milieu universitaire et aux académies de l'époque.

1841 Félix Dujardin (1801-1862) qui s'oppose à Ehrenberg démontre que les infusoires n'ont pas d'organes distincts, mais se composent d'une membrane qui entoure une masse pleine de vacuoles et des granules qu'il appelle «sarcode», terme utilisé en France, et plus tard remplacé par «protoplasme».

1841 Rudolf Albrecht von Kölliker (1817 - Würzburg 1905) retrace l'histogenèse des spermatozoïdes et prouve que ce sont des cellules de tissus différenciées.

1841 Marshall Hall invente le terme «choc spinal». Le choc spinal se réfère à une perte transitoire de réflexes en dessous du niveau d'une lésion de la moelle épinière. C'est une blessure où la colonne vertébrale est soumise à choc brutal, mais sans lésion apparente. La réaction du système nerveux est telle qu'elle imite l'effet d'une section de la colonne vertébrale, et les signes et les symptômes sont identiques.

1841 A la suite de Bichat, Friedrich Gustav Jakob Henle (Fürth 1809 - Göttingen 1885) publie son Allgemeine Anatomie où il fait la première description d'un grand nombre de traits anatomiques (en particulier de l'intestin).

1841-1845 Dujardin décrit des protozoaires parasites dans son Histoire Naturelle des Helminthes.

1842 Bowman décrit la structure histologique du néphron.

1842 Publication par Schleiden de ses Grundzüge des wissenschaftlichen Botanik, qui font sensation de façon à la fois favorable et défavorable. A la suite de Jacob Friedrich Fries (Barby 1773 - Jena 1843), professeur de philosophie à Iéna, Schleiden déclare que l'objet de la science naturelle est de relier toutes les théories physiques à une explication purement mathématique. Il maintient, avec Kant, l'opposition entre sujet et objet, et développe une approche dualiste qui était, à l'époque, en nette opposition avec celle des théologiens (qui étaient monistes, à la suite de Hegel).

1842 Benedikt Stilling (1810 - 1879) est le premier à étudier la moelle épinière en coupes sériées.

1842 Julius Robert von Mayer (Heilbronn 1814 - 1878) énonce dans les Annalen of Chemie la première loi de la thermodynamique et son applicabilité aux organismes vivants.

1842 Herrmann Ludwig Ferdinand von Helmholtz (Postdam 1821 - Berlin 1894) développe une importante recherche (über die Erhaltung der Kraft publié en 1847) dans lequel la loi de l'indestructibilité de l'énergie est proclamée (première loi de la thermodynamique). C'est à partir de ce travail que la formule théorique de cette loi a été adoptée. Helmoltz n'était pas au courant de la spéculation de Mayer, et celui-ci a été amèrement touché qu'aucune référence n'ait été faite à son travail. Cependant, contrairement à Mayer, Helmhotz avait fondé sa théorie sur des faits expérimentaux, plutôt que sur la spéculation théorique, et l'histoire des sciences naturelles montre que les démonstrations théoriques sont rarement retenues avec la même importance même que celles issues des expériences. La notion de preuve reste centrale en science, en biologie en particulier, et il sera intéressant de voir quand la preuve théorique atteindra le même degré de confiance que la preuve expérimentale.

1842 Johann Japetus Steenstrup (1813 - 1897) décrit l'alternance des générations sexuées et asexuées chez les plantes et les animaux.

1842 Liebig ré-établit de façon convaincante que les globules rouges qui changent de couleur avec la respiration sont constitués de deux composants séparés, l'un contenant du fer, lui-même associé à un composé de l'oxygène, étant donné qu'il est décomposé par l'hydrogène sulfuré de la même manière que le sont les oxydes de fer.

1842 Crawford Williamson Long (1815-1878) utilise l'éther pour l'anesthésie sur l'homme.

1842 Karl Wilhelm von Nägeli (Kilchberg 1817 - München 1891), élève de Candolle, publie son ouvrage Zur Entwicklungsgeschichte des Pollens bei den Phanerogamen où il décrit avec soin la division cellulaire.

1842-1850 Pierre Charles Alexandre Louis (1787-1872) fonde les statistiques médicales et l'épidémiologie clinique. Son travail établit que la saignée n'est pas bénéfique pour les patients.

1843 Owen élabore les concepts d'homologie et d'analogie comme "the same organ in different animals under every variety of form and function".

1843 Oliver Wendell Holmes (1809 - 1894) observe que la fièvre puerpérale est contagieuse :The Contagiousness of Puerperal Fever.

1843 James Braid (Earlsferry 1795 - Manchester 1860) invente le terme "hypnosis".

1843 L'"enchantresse des nombres" Ada Byron Lovelace (1815 - 1852) développe les conséquences générales de programmes écrits par Babbage pour son Analytic Engine, en décrivant un algorithme pour calculer les nombres de Bernoulli. Sa contribution majeure réside dans la compréhension du fait que les algorithmes peuvent être utilisés non seulement pour le calcul mais aussi pour la manipulation de symboles.

1843 Antoine-César Becquerel (1788-1878), qui a découvert la piézoélectricité résume l'histoire de son invention de la pile non-polarisable faite de deux liquides (Note sur l'historique des piles à courant constant). Sa batterie, qui utilise le sulfate ou le nitrate de cuivre, une solution saline neutre, une membrane et une lame de cuivre a été inventée en 1826, tandis que Daniell n'a inventé un homologue qu'en 1836.

1843 Liebig imagine que des acides organiques tels que l'acide oxalique, tartrique, ou malique sont des intermédiaires dans la production d'hydrates de carbone par les plantes.

1843 Helmholtz sépare un liquide en cours de putréfaction ou de fermentation d'un liquide simplement putrescible ou fermentescible au moyen d'un filtre qui permet aux fluides de passer à travers, mais arrête le passage de matières solides. Le résultat est que, tandis que les liquides putrescibles ou fermentescibles pourrissent ou fermentent s'ils sont mis en contact avec le permier milieu alors que l'autre côté de la membrane, ils ne se putréfient (habituellement), ni ne fermentent, et les organismes qui abondaient dans le liquide en fermentation ou en putréfaction en sont absents.

1844 Darwin fait sa première esquisse de la théorie de la sélection naturelle.

1844 Remak fournit une illustration du cortex en six couches.

1844 Karl Wilhelm Ludwig (1819-1884) montre que le corpuscule de Malpighi du rein agit comme un filtre passif et que les déchets produits dans le filtrat sont concentrés lorsqu'ils passent à travers les tubules.

1844 Horace Wells (1815-1848) est le deuxième  Américain à « découvrir » l'anesthésie par inhalation (par l'éther) pour l'extraction d'une dent sur lui-même.

1844 John William Draper (Liverpool 1811 – New York 1882) montre que les plantes cultivées dans des solutions de bicarbonate de sodium libérent de l'oxygène à la lumière.

1845 Adolf Wilhelm Hermann Kolbe (1818 - Leipzig 1884), élève de Wöhler, synthétise l'acide acétique, précédemment obtenu seulement comme résultat de l'activité vitale, à partir de matériaux non organiques. Plus tard, il développera une méthode pour la synthèse de l'acide salicylique.

1845 Alexander von Humboldt publie Kosmos, vue d'ensemble des faits connus sur l'Univers. Il met l'accent sur le style de vie des organismes (des plantes, en particulier), ce qui ouvre la voie à l'écologie.

1845 Mayer imprime à compte d'auteur Die organische Bewegung in ihrem Zusammenhange mit dem Stoffwechsel, où il précise sa théorie de la conservation de l'énergie. Ce travail avait été refusé par les éditeurs de revues scientifiques en dépit du fait que ce travail ne faisait qu'appliquer les lois de la conservation de l'énergie à la relation entre l'énergie musculaire et la digestion ainsi qu'à l'assimilation de l'énergie par les plantes (processus que Mayer pensait être à l'origine de la vie, l'énergie solaire étant sa source ultime). Une conséquence de cette démontration était qu'il était inutile de faire l'hypothèse d'une source d'énergie supplémentaire pour expliquer l'origine de l'énergie dans les organismes vivants. Ces vues ne pouvaient être facilement acceptées par les biologistes vitalistes de l'époque. .

1845 Peu de temps après, James Prescott Joule (Salford (Vente) 1818-1889) publie une théorie fondée sur des années d'expériences, mais donnant une valeur plus correcte pour représenter l'équivalent de la chaleur. Il est cependant tout à fait improbable qu'il ait pu vraiment obtenir avec précision les valeurs correspondantes.

1845 Remak décrit les fibres nerveuses du système sympathique. Il démontre aussi que le bourgeonnement des cellules nerveuses est responsable de la croissance des fibres nerveuses pendant le développement de l'embryon.

1845 Le Révérend Miles Joseph Berkeley (1803-1889) démontre qu'une moisissure est responsable du mildiou. Il apporte aussi d'importantes contributions à la classification des champignons.

1845 Luigi Porta (Pavia, 1800- 1875) publie un article sur la chirurgie des artères et des veines Delle alterazioni patologiche delle arterie per la legatura e la torsione, qui devait jouer un rôle important en chirurgie cardio-vasculaire.

1845 Kölliker étend ses conclusions au sujet des spermatozoïdes à l'ovule, qui est à l'origine de l'organisme par division cellulaire.

1845 Karl Theodor Ernst von Siebold (Würzburg 1804 - München 1885) definit les protozoaires tels que nous les connaissons aujourd'hui : Die Tiere in welchen die verschiedenen Systeme der Organe nicht scharf ausgeschieden sind, und deren unregalmässigeForme und enifache Organization sich auf eine Zelle reduzieren. Plus tard, il découvrira la parthénogenèse chez l'abeille. Siebold résout le différend entre Ehrenberg et Dujardin, montrant, dans son Anatomie comparée, que les diverses formes précédemment censées être des infusoires ou des groupes distincts devraient être séparés ou regroupés en Protozoaires, les Animaux Primordiaux, Tiere, in welchen die verschiedenen Systeme der Organe nicht scharf ausgeshieden sind, und deren unregelmässige Form und einfache Organisation sich auf eine Zelle reduzieren lassen.

1846 Siebold et Friedrich Hermann Stannius (Hamburg 1808 - Rostock 1883) publient le Lehrbuch der vergleichenden Anatomie der Wirbellosen ThiereSiebold écrit la section sur les invertébrés et Stannius celle sur les vertébrés. Par bien des aspects ce travail est semblable à celui d'Owen, mais bien moins connu (et moins spéculatif).

1846 Édouard Séguin (Clamecy, 1812 - New York, 1880) décrit les traits caractéristiques des enfants affectés par le syndrome congénital du mongolisme (trisomie XXI).

1846 Côme-Damien Degland (Armentières, 1787 - Lille, 1856) publie son Ornithologie Européenne, ou Catalogue analytique et raisonné des oiseaux observés en Europe décrivant en détail les oiseaux européens; il est à l'origine de la création du Museum d'Histoire Naturelle de Lille.

1846 Carlo Matteucci (Forli 1811 - Ardenza 1868) ancien étudiant à l'Ecole Polytechnique à Paris invente le kymographe, instrument destiné à enregistrer les variations de pression, que ce soit pour le sang, la tension, ou le muscle, au moyen d'un style qui marque un tambour rotatif. En 1842 il avait découvert, en utilisant une préparation connue sous le nom de grenouille rhéoscopique' qu'un courant électrique accompagnait la contraction de tous les muscles, y compris le muscle cardiaque.

1846 William Thomas Green Morton (1819-1895) and John Collins Warren (1778-1856) répandent la pratique de l'anesthésie en démontrant l'usage de l'éther au Massachusetts General Hospital.

1846 Pierre Joseph van Beneden (1809 - Louvain, 1894) établit que le cysticerque est un taenia incomplet.

1847 George Boole (Lincoln 1815 - Cork 1864) dans The Mathematical Analysis of Logic: being an essay towards a calculus of deductive reasoning établit les lois formelles de la logique qui sont au cœur de l'informatique et de la classification.

1847 En parallèle avec le travail fait par Bilharz en Egypte, d'autres savants et médecins sont aussi conscients de l'existence de la maladie aujourd'hui nommée bilharziose, particulièrement au Japon. Yoshinao Fujii (1818 - 1895) médecin dans le canton de Numakuma, rapporte ses observations sur une maladie qu'il a notée dans la commune de Kawanami et identifie l'agent causal de la maladie, Schistosoma japonicum, quatre ans avant que Bilharz ne décrive son nouveau trématode,

1847 La société d'agriculture et d'horticulture de l'Université d'Utrecht donne sa médaille d'or lors d'une exposition à une fleur de la famille des Polygonacées, la Renouée du Japon Raynoutria (Fallopia) japonica. Un an plus tard cette fleur est vendue dans son catalogue. C'est le début de l'invasion de l'Europe par cette plante et plusieurs de ses cousins, fléau qui est, malgré la diversité très restreinte de son patrimoine génétique initial, est désormais hors de contrôle. Cette plante occupe les berges des rivières, en particulier en tuant les plantes indigènes. Depuis cette époque, la plante a subi un doublement de son génome (il est maintenant octoploïde, avec 88 chromosomes) et produit une grande variété de mutants qui s'adaptent à un grand ensemble de biotopes.

1847 Rudolf Ludwig Karl Virchow (1821 - Berlin 1902) crée le journal Archiv für pathologische Anatomie und Physiologie. Il est le créateur de l'expression Kulturkampf.

1847 Wilhelm Friedrich Benedikt Hofmeister (Leipzig 1824 - Lindenau 1877) dans Die Entstehung des Embryo der Phanerogamen fait des croquis de la cellule mère des microspores de Tradescantia qui montre les chromosomes à divers stades de la méiose, mais il n'en comprend pas la signification.

1847 La même année Augustus DeMorgan (Madura 1806 - London 1871) publie sa Formal Logic à Londres.

1847 James Young Simpson (Bathgate 1811 - Edinburgh 1870) invente l'anéstésie au chloroforme.

1847-1849 Arnold Adolphe Berthold (1803 - 1861) démontre que la transplantation d'un testicule de coq prévient l'atrophie de la crête après castration. Il montre ensuite que le testicule produit une substance sanguine qui conditionne les caractères sexuels.

1847-1849 Ignaz Philipp Semmelweis (1818-1865) analyse les causes de la fièvre puerpérale et introduit la désinfection des mains and introduces disinfection en obstétrique; il montre que se nettoyer soigneusement les mains diminue le nombre des morts par fièvre puerpérale d'un facteur cent. Malheureusement, il s'oppose à de célèbres professeurs de médecine qui protègent leurs privilèges, et sa méthode n'est pas appliquée comme elle aurait dû l'être conduisant à la mort prématurée de milliers de femmes.

1848 Premier mémoire de Louis Pasteur (Dôle 1822 - Villeneuve l'Étang 1895) à l'Académie des Sciences sur la cristallisation du soufre : Mémoire sur la relation qui peut exister entre la forme cristalline, la composition chimique et le sens de la polarisation rotatoire.

1848 Heinrich Emanuel Merck (1794 - 1855) découvre la papavérine dans l'opium.

1848 Emil Heinrich Du Bois-Reymond (Berlin, 1818 - Berlin, 1896) publie son Untersuchungen über tierische Elektrizität sur l'électricité animale (en particulier celle des poissons électriques). Il s'agit de la première partie d'un travail qui ne sera jamais terminé. L'une de ses contributions majeures est le concept d'electrotonus, terme forgé pour faire référence au changement de potentiel produit par l'application externe d'un courant électrique. il affirme que von versciedenen Standpunkten aus aufgenommene Abstractionhen der Dinge wie sie sind. Sie ergänzen einander und sie setzen einander voraus ce qui lui permet de conclure que la différence entre la nature organique ou inorganique est sans la moindre importance.

1848 Phineas Gage (1823-1861) voit son cerveau transpercé par une tige de fer (la tige et son crâne sont conservés à l'Université Harvard Medical School). Il ne meurt pas, mais son comportement est radicalement modifié. Alexandre Luria, un siècle plus tard en Union soviétique, décrit des phénomènes similaires chez les patients blessés au cours de la bataille de Stalingrad.

1848 Siebold place les Protozoaires à la base du phylum du règne animal.

1849 Helmholtz mesure la vitesse des impulsions nerveuses chez la grenouille.

1849 Henri Victor Regnault (Aix la Chapelle 1810 - Paris 1878) et Jules Reiset (Bapeaume 1818 - Paris 1896) publient des études comparatives approfondies de la respiration et de la calorimétrie. Inspiré par leur travail, Jules Verne dans De la Terre à la Lune, propose qu'un appareil construit par Reiset et Regnault produit de l'oxygène dans le projectile portant les héros vers notre satellite.

1849 John Snow (1813-1858) découvre par des études épidémiologiques le mode de transmission du choléra. Il publie ces observations dans On the Mode of Communication of Cholera.

recul   avance
ras