bs
君子不重、則不 威。
學則不固。
主忠信。
無友不如己者。
過、則勿憚改。

論語

Confucius


Sujets connexes

Plaidoyer pour le séquençage des génomes 1996

Lettre au Conseil Scientifique de l'Institut Pasteur
10 octobre 1996

Assurant la présidence du Conseil Scientifique de l'Institut Pasteur, il m'a semblé que mon devoir était de tenter de déclencher un sursaut dans la participation de la France dans l'effort international qui développait la génomique. Voici le courriel que j'ai adressé aux membres de ce Conseil. Ni le Ministère de la Recherche, ni le CNRS, ni l'INSERM n'avaient cru bon d'aller dans ce sens. Alors que la France, en 1992, était au premier rang dans le monde pour ces recherches —dont on sait aujourd'hui toute l'importance— elle a rapidement reculé pour presque disparaître de la scène. On voit ici comment un grave défaut de jugement peut conduire un pays entier à perdre la place qui devrait être la sienne. Hélas, seule l'Histoire condamne.

Chers collègues,

Bernard Dujon et moi-même revenons de la 8e conference sur les génomes et leur analyse qui s'est tenue a Hilton Head. Il nous semble nécessaire de faire le point sur une situation qui marque un tournant décisif pour l'ENSEMBLE de la recherche dans les sciences de la vie. Il est en effet essentiel que notre institut ne manque pas l'occasion d'être présent pour la recherche de l'avenir.

Il était excellent de fêter en 1995 le centenaire de la naissance de Louis Pasteur, mais cela devrait être pour nous l'occasion de préparer l'avenir, et non de nous rassurer en célébrant le passé. Il y avait plus de 900 personnes à Hilton Head, et 1200 sont prévues l'année prochaine. La raison en est simple : la véritable explosion du séquençage de génomes entiers change radicalement toutes les perspectives expérimentales non seulement en génétique moléculaire, mais dans tous les domaines des sciences de la vie (y compris les sciences du comportement, comme nous en avons eu un exemple à Hilton Head). Cela signifie bien sûr la physico-chimie et la biochimie (par l'accès sélectif à toutes les macromolécules qu'un spécialiste peut souhaiter), la génétique (toutes les questions possibles d'expression génétique sont accessibles sous une nouvelle forme grâce aux génomes), la biologie cellulaire, la biologie du développement (les travaux de G Rubin sur la drosophile, et leur contrepartie sur la souris sont merveilleux et spectaculaires), l'évolution, l'immunologie, la génétique des populations, l'étude du système nerveux, l'étude des maladies (agents pathogènes et hôtes), etc.

Ce qui est le plus remarquable est que, loin de montrer que nous sommes à la fin du séquençage, comme certains observateurs archaïsants le pensent malheureusement en France, il apparaît que le séquençage de toujours plus d'organismes nouveaux, ou de grands fragments d'organismes sera plus que jamais à l'ordre du jour. Il nous semble impensable que l'Institut Pasteur ne soit pas en mesure d'être partie prenante dans cette nouvelle façon de concevoir la technologie à la base de la recherche en biologie. Il nous faut donc une structure permettant une veille technologique, et un support nécessaire à la recherche qui va se développer désormais.

Cela suppose la création d'une unité de recherche qui séquencerait au moins 10 mégabases par an, et le développement des technologies associées : électrophorèse bi-dimensionnelle associée à une spectrographie de masse de très haut niveau. D'autres approches technologiques avancées sont aussi nécessaires, mais elles ont déjà leur place à l'Institut (même s'il faut sans doute revoir leur orientation vers l'avenir). Cette analyse peut paraître farfelue ou utopique. Elle ne l'est pas : actuellement 1% seulement du budget de l'IP devrait suffire à réaliser l'objectif de 10 Mb par an, pour peu qu'on se donne les moyens humains de mettre en œuvre cet objectif. Je suis certain qu'il est possible de trouver un chercheur ayant fait ses preuves et qui souhaiterait réaliser cet objectif (j'ai au moins un nom, celui d'un chercheur qui travaille sur le continent américain, et qui souhaite revenir en Europe).

Qu'en pensez vous ? Si vous êtes sceptique, il serait bon que vous assistiez à l'une de ces nombreuses conférences sur les génomes, où l'on voit comment non seulement les laboratoires américains mais les industriels ou les hommes de terrain se tournent vers ce domaine qui est sans aucun doute une révolution extraordinaire en biologie. Il me semble donc que nous devrions mettre cette question à l'ordre du jour. Il est plus que temps si nous ne voulons pas être rapidement provincialisés, ou pire.

Bien à vous,

 Antoine Danchin