Notre système | Cours pour débutants | Compétitions



Les loisirs Roupoilesques, première partie: le bridge



Le bridge, tout comme la musique ou le cinéma dans un autre domaine, occupent un temps important de ma vie. Après avoir appris les bases il y a bien longtemps maintenant dans un livre que beaucoup critiquent mais qui a ses mérites (oui, oui, il s'agit bien du best-seller de l'ami Lebel), je me suis vraiment plongé dans l'enfer du jeu au sein du club Bridge de l'ENS, alignant les soirées mémorables dans la mythique K-Fêt. Puis la maturité (et peut-être la qualité du jeu aussi, tout de même) aidant, je me suis tourné vers la compétition, dans un premier temps avec mes camarades normaliens, dont je me dois de citer au moins trois noms : Yann Michel, mon partenaire historique, avec lequel nous avons commencé à traumatiser les mémés en 2002 ; Anne-Laure Basdevant, le flegme incarné à la table, avec laquelle j'ai gagné mon seul titre national à ce jour ; et enfin François Fanfan Durand, le quatrième larron de notre équipe à l'époque, avec qui j'ai eu d'interminables discussions sur le système, et dont les avis souvent divergents mais toujours éclairants m'ont aidé à mettre en place une base de jeu un brin sérieuse. J'ai été, toujours au sein de l'ENS, co-responsable du Club Bridge avec mon ami Cédric Faure, et ai ainsi initié aux joies de la compétition quelques apprentis bridgeurs, qui n'ont pas tous poursuivi sur cette voie mais qui, je l'espère, garderont un souvenir sympathique de ces joutes sportives (mais si, le bridge est un sport).

Aujourd'hui, je joue avec des partenaires assez divers à un niveau qu'on qualifiera d'honorable (première série depuis 2009, et je joue en DN3 par quatre depuis 2015), et j'espère continuer à avoir le temps de m'entrainer et de progresser encore longtemps.

Encore une fois, cette page devrait à terme être assez grosse, donc on va séparer. Il y aura des trucs techniques plus ou moins digestes (y a aussi pour les débutants, vous inquiétez pas), et puis une partie "racontons nos exploits", parce que c'est quand même toujours bon de se vanter des coups chanceux après coup ou au contraire de se lamenter sur les adversaires qui ont de la chance quand on a fait n'importe quoi. Depuis mes débuts en compétition, j'ai eu la chance de gagner trois titres, le fabuleux Mixte par Paires Promotion en 2006 avec la non moins fabuleuse Anne-Laure ; l'Omnium Division 2 du Comité de Paris en 2008 ; et surtout la DN4 par quatre en 2015. Rien de très glorieux, mais ça fait toujours plaisir de gagner !



Retour à ma page principale