Je n'aurai jamais cru que cela se terminerai ainsi...

Au début tout allait bien entre nous ; je commençais à bien te connaître,
ta compagnie m'était agréable bien qu'un peu bruyante par moments. J'étais
sûr de te retrouver le soir en rentrant : tu n'aimais pas bouger, ce n'est
pas moi qui t'en empêchait.
En plus, nous pouvions nous répartir les tâches ménagères, que j'effectuais
seul jusqu'alors.
Et puis ça a commencé à basculer, d'abord imperceptiblement :
C'est toujours toi qui faisais la vaisselle, c'est toujours moi qui
préparais à manger - car apparemment tu ne sais pas du tout cuisiner -,
mais ça nous convenait à tous les deux.
Et puis c'étaient les petites critiques, j'utilisais trop de plats,
j'oubliais de les huiler. Du coup tu te vengeais en laissant quelques
traces sur les ustensiles de cuisine, que je nettoyais en silence pour ne
pas alimenter de nouvelles disputes.
C'est vrai, je m'attarde sur la vaisselle ; mais ce n'est pas le seul coup
bas que tu m'aies fait. Avant de te trouver, je n'étais pas seul, non. Je
ne veux pas vous comparer, il y a trop de différences entre vous. Mais il a
fallu que je choisisse. Aimerais-tu débuter une relation de cette façon,
toi ? je ne crois pas. Je sais, c'est de ma faute, on ne m'a obligé à
rien. Tu sais, j'ai craqué, la fois où elle a fui pendant la nuit. Je ne
l'avais pas remarqué, car je ne la voyais jamais le matin. C'est quand j'ai
vu la cuisine inondée, en rentrant le soir, que j'ai compris. Même pas un
mot d'explication, rien.
C'est ce jour là que j'ai pris ma décision. Et maintenant c'est toi qui me
fais le coup. À croire que vous vous êtes donné le mot.
Je pense que c'est fini entre nous, désormais. Je vais racheter une machine
à laver : je ne veux pas d'un lave-vaisselle en panne !